Alioune, le berger sénégalais devenu peintre

Alioune, le berger sénégalais devenu peintre
Par Laurence Alexandrowicz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Sénégalais de 35 ans est invité à exposer une de ses oeuvres à la 13ème Biennale d'art contemporain africain de Dakar qui débute ce jeudi.

PUBLICITÉ

Pour Alioune Badara Sarr, la rue est un atelier d'artiste. Le Sénégalais de 35 ans revient chez lui, à Diofor, à 140 km au sud de Dakar. Il a installé sa peinture dans la rue, et ses voisins le saluent pendant qu'il travaille.

Il est invité à exposer une de ses oeuvres à la 13ème Biennale d'art contemporain africain de Dakar qui débute ce jeudi. Terminé en 2017, la toile 'Métissage Frontalier' est le produit de l'expérience de Sarr en tant que migrant.

"La Biennale de Dakar, pour moi, c'est le miroir de l'Afrique. C'est un rêve total pour tous les artistes, qu'ils soient africains ou pas, tous les artistes du monde rêvent de travailler pour la biennale de Dakar, car nous en sommes à la treizième édition maintenant et depuis que nous étions aux Beaux-Arts, nous avons travaillé avec les artistes qui avaient l'habitude d'y venir et cela a toujours été un rêve pour nous. Alors être nommé et cité parmi ceux qui exposent dans la section 'In', c'est une vraie fierté."

Après des études à l'école d'art de Dakar, Sarr s'est rendu à Brest, en France, pour faire ses classes à l'Ecole Européenne des Beaux-Arts. Il n'a rien oublié de ses racines.

"Quand je crée, il y a évidemment une certaine influence issue de mes racines culturelles, que je n'ai pas oubliées, même si je voulais les oublier, ce n'est pas possible, explique Alioune. J'étais berger pendant longtemps, j'ai été bercé par toutes les forêts de ma région. J'ai été bercé par une culture de solidarité mutuelle et tout ça et cela m'a donné un côté humain qui transparaît dans mes œuvres et que je considère comme un atout. Aller en Europe m'a permis de voir qu'il y a une autre façon de vivre et de gérer la société."

Au début de sa vie, Sarr était berger.

Alors qu'il s'occupait de son troupeau, il dit qu'il passait ses heures seul à tout remettre en question. C'est cette recherche de réponses qui l'a amené vers l'art.

La biennale Dak'Art c'est du 3 mai au 2 juin.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Art Paris 2024 : La diversité de la scène artistique française et ses jeunes talents à l'honneur

Andrey Gugnin remporte le premier prix de 150 000 € au concours international Classic Piano 2024

Le festival Balkan Trafik! explore la Moldavie et ses minorités culturelles