This content is not available in your region

La cheffe d'orchestre ukrainienne Oksana Lyniv fait l'Histoire à Bologne

euronews_icons_loading
La cheffe d'orchestre ukrainienne Oksana Lyniv fait l'Histoire à Bologne
Tous droits réservés  Euronews
Par Euronews

La passion qu'elle montre sur scène lorsqu'elle dirige un orchestre a fait la réputation d'Oksana Lyniv à travers le monde.

Née en Ukraine, la cheffe d'orchestre de 44 ans, passée depuis par l'Autriche et l'Allemagne, a été la première femme à diriger l’été dernier le festival de Bayreuth, en Bavière. Et sa carrière a franchi une nouvelle étape puisqu'elle vient d'être nommée directrice musicale du Théâtre communal de Bologne, devenant ainsi la première femme cheffe d'orchestre d'un opéra en Italie.

“Bien sûr, c'est quelque chose de très spécial, mais vous savez, pour l'orchestre, cela n'a pas d'importance que je sois un homme ou une femme, parce qu'en ce moment nous avons un programme très compliqué. Nous jouons Richard Strauss, nous jouons la musique de Richard Wagner ; c'est le meilleur répertoire symphonique du monde et nous n'avons répété que pendant trois jours", souligne Oksana Lyniv.

Pour Oksana Lyniv, comme pour la direction du Théâtre communal de Bologne, peu importe le genre, ce qui compte, c'est le talent et la passion pour le travail.

"Après dix années très agréables durant lesquelles nous avons grandi avec le directeur musical italien Michele Mariotti, nous avons voulu faire un pas de plus avec une relation différente. Nous nous sommes donc tournés vers un chef d'orchestre d'Europe centrale, avec je dirais une expérience allemande", souligne Fulvio Macciardi, directeur du Théâtre communal de Bologne.

Cette scène semble être le cadre parfait pour les débuts d'Oksana Lyniv au Théâtre communale de Bologne. La jeune femme, qui a dirigé un orchestre pour la première fois alors qu'elle n'avait que 16 ans en Ukraine, a parcouru un long chemin pour devenir la première femme directrice musicale d'un opéra en Italie.

“Nous devons arrêter de penser à des clichés aussi anciens que le genre masculin ou féminin, nous devons réfléchir à la manière dont nous pouvons améliorer notre profession, améliorer nos talents", conclut Oksana Lyniv.