This content is not available in your region

Les danseurs de ballet Adrian Blake Mitchell et Andrea Lassáková fuient la Russie

euronews_icons_loading
Adrian Blake Mitchell and Andrea Laššáková
Adrian Blake Mitchell and Andrea Laššáková   -   Tous droits réservés  AP Photo
Par Frédéric Ponsard  & AP

Par une froide première nuit de mars, les danseurs de ballet Adrian Blake Mitchell et sa partenaire Andrea Laššáková ont quitté la Russie en larmes sur une passerelle désolée pour se rendre en Estonie.

Le couple fait partie des nombreux danseurs internationaux qui ont fui le pays après le début de la guerre en Ukraine. Adrian Blake Mitchell et Andrea Laššáková ont été attirés à Saint-Pétersbourg comme de nombreux danseurs de ballet - attirés par l'histoire et la prééminence du ballet en Russie.

Aujourd'hui aux États-Unis, ils répètent pour un prochain spectacle dans les studios du Westside Ballet à Santa Monica, en Californie, où Mitchell a été élève.

"Nous vivions à Saint-Pétersbourg, en Russie, depuis sept ans et nous nous produisons au théâtre Mikhailovsky", explique le danseur américain Adrian Blake Mitchell.

"Pour moi, ça a toujours été mon rêve, comme depuis que j'ai étudié, j'ai étudié en Slovaquie, j'ai toujours été fasciné par la langue russe et j'ai toujours voulu danser en Russie", dit Laššáková, qui est slovaque.

Mais le rêve de Mitchell et Laššáková de se produire dans l'une des capitales mondiales de la danse s'est brusquement arrêté lorsque la Russie a envahi l'Ukraine.

"Nous nous sommes réveillés un jour pour découvrir qu'il y avait eu une invasion de l'Ukraine et, à cause de cela, nous avons décidé de partir"
Adrian Blake Mitchell
Danseur de ballet

Après quatre heures de route à travers la Russie, Mitchell a dû faire face à des questions acerbes de la part d'agents de sécurité du FSB russe à un poste frontière russo-estonien.

Mitchell a fait semblant de ne pas comprendre leurs questions en russe sur les raisons pour lesquelles il quittait la Russie et sur ce qu'il avait fait pendant son séjour.

Après une dizaine de minutes d'interrogatoire, il a été relâché auprès de son partenaire nerveux qui l'attendait.

"Il a fait exprès de mal parler russe, car son russe est plutôt bon. Mais il avait peur, vous savez, qu'ils pensent qu'il est l'un des leurs", se souvient Laššáková.

"C'était intense. Vous savez, je n'étais pas sûr de ce qui se serait passé si je n'avais pas répondu correctement. Mais c'était vraiment un moment effrayant, effrayant - surtout parce que nous étions si près de sortir à ce moment-là", dit Mitchell.

Mitchell et Laššáková ont pris la décision immédiate de quitter la Russie dès le début de la guerre en Ukraine, alors que les rumeurs de loi martiale, d'effondrement financier et de perte de libertés menaçaient.

Mais le couple ne s'est pas impliqué dans la politique pendant son séjour en Russie, bien qu'ils aient vu de nombreux manifestants pro-démocratie défiler devant leur appartement.

Une fois la frontière franchie, et depuis leur arrivée aux États-Unis, ils ont exprimé haut et fort leur opposition à la guerre et leur soutien au peuple ukrainien.

"Dès que j'ai franchi la frontière, je pense que dans les deux heures qui ont suivi, j'ai écrit et publié des articles sur le sujet. Nous l'avons condamné", déclare Mitchell.

"Nous avons vécu une situation difficile. Mais ce qui arrive au peuple ukrainien est tout simplement la chose la plus tragique, la plus terrible que je puisse imaginer."

Partenaires sur scène et en dehors, les danseurs pensent que la guerre a provoqué une profonde fissure dans le monde du ballet mondial.

"La plupart de nos amis sont internationaux, ils sont partis et je ne pense pas qu'ils reviendront bientôt. C'est ce que je pense, parce que c'est trop dur", déclare Laššáková.

"Le ballet russe va définitivement être totalement isolé. Isolé de l'Occident", déclare M. Mitchell.

Mitchell pense que les danseurs encore en Russie peuvent s'opposer à la guerre, mais craignent les conséquences d'une protestation.

"Vous entendez très peu de danseurs russes s'exprimer, mais beaucoup d'entre eux veulent partir parce qu'ils veulent pouvoir s'exprimer", dit-il.

Depuis leur départ de Russie, Mitchell et Laššáková présentent des spectacles de bienfaisance et font des conférences pour soutenir l'Ukraine.

"Je pense donc que l'art est le meilleur moyen d'essayer de s'exprimer et de dire ce que l'on pense", déclare Mitchell.

"Mais ce n'est pas une possibilité pour tout le monde, malheureusement".

Ils répètent actuellement au Westside Ballet pour une prochaine représentation de "Barber's Adagio" du chorégraphe russe Oleg Vinogradov.

C'est un ballet que Mitchell et Laššáková ont interprété à Saint-Pétersbourg, mais ils craignent de ne pas pouvoir le danser en Russie avant longtemps...

Video editor • Frédéric Ponsard