This content is not available in your region

Le Festival de Cannes s'ouvre avec Volodymyr Zelensky, qui convoque l'esprit de Chaplin

euronews_icons_loading
les membres du jury présidé par l'acteur Vincent Lindon
les membres du jury présidé par l'acteur Vincent Lindon   -   Tous droits réservés  AP Photo
Par Frédéric Ponsard

Après deux ans de pandémie et des éditions tronquées, le Festival de Cannes retrouve son lustre pour un 75ème anniversaire en grande pompe, et un tapis rouge où défilent les top models et les égéries des grandes marques de luxe.

Les stars hollywoodiennes comme Julianne Moore, les grands cinéastes européens comme Marco Bellocchio, ils sont tous passés par la Croisette. Cannes, c'est à la fois le glamour et l'artistique dans un même festival, le blockbuster comme les films d'auteur y ont leur place à la même enseigne.

Forest Whitaker récompensé de la Palme d'honneur

Après Joddie Foster l'an dernier, c'est à Forest Whitaker qu'est attribuée la Palme d'honneur non seulement pour ses talents immenses d'acteurs, mais aussi pour son œuvre de producteur, son dernier film sur le Sud Soudan est d'ailleurs présenté en séance spéciale.

Et sous l'œil des patrons du festival, le jury présidé par l'acteur Vincent Lindon a foulé le tapis rouge avant de commencer un marathon de 21 films en compétition pour la Palme d'or.

La comédie à la française

Et en hors compétition, c'est le film Coupez! qui a fait l'ouverture, un film de genre par un spécialiste de la comédie à la française, Michel Hazavanicius, accompagné de tous ses acteurs.

Le tournage d'un film de zombie à petit budget tourne mal quand les quelques membres de l'équipe se retrouvent attaqués par de vrais zombies.

Des éclats de rire timides, puis de vrais fous rires incontrôlables ont ponctué la projection. La salle a même offert quelques applaudissements aux meilleurs moments, et une ovation debout à la fin.

Le film, sorti simultanément dans les salles françaises, doit faire office d'exutoire pour un monde du cinéma qui tente de se remettre de la pandémie : "Coupez !" "est joyeux, il met en valeur les gens du cinéma, et j'espère qu'il donne envie d'en faire", a déclaré le réalisateur français.

Volodymyr Zelensky : "Il nous faut un nouveau Chaplin"

Mais la réalité à l'est de l'Europe dépasse la fiction avec l'invasion russe de l'Ukraine. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est adressé en direct aux 2500 invités de la cérémonie d'ouverture.

"Il nous faut un nouveau Chaplin qui prouvera que le cinéma n'est pas muet" face à la guerre: le Festival de Cannes a donné d'emblée une tonalité politique à sa 75e édition en offrant une tribune, depuis Kyiv, au président ukrainien Volodymyr Zelensky.

L'apparition surprise du visage du président ukrainien, en treillis, sur l'écran du Palais des Festivals, a été suivie d'une longue ovation par le gratin du cinéma mondial, réuni pour la cérémonie d'ouverture d'un festival qui a promis que la guerre serait "dans tous les esprits".

AP
Volodymyr Zelensky fait une apparition en plein écran lors de la cérémonie d'ouvertureAP

"Nous allons continuer de nous battre, nous n'avons pas d'autre choix (...) Je suis persuadé que le dictateur va perdre", a poursuivi Volodymyr Zelensky, en référence au président russe Vladimir Poutine et au film de Charlie Chaplin, qu'il a cité à plusieurs reprises.

"Je dis à tous ceux qui m’entendent: ne désespérez pas, la haine finira par disparaître et les dictateurs mourront. Nous devons gagner cette victoire et nous avons besoin de cinéma qui assura que cette fin soit, chaque fois, du côté de la liberté", a-t-il encore lancé.

"Le Festival de Cannes fête en beauté ses 75 ans, montrons s'il en était besoin, l'éternelle jeunesse du cinéma. Pendant 12 jours, une avalanche de stars sur la Croisette et des films venus du monde entier qui donneront une vision instantanée globale de la création artistique et de l'état du monde d'aujourd'hui, car, on le sait, le cinéma n'est jamais bien loin du réel", explique Frédéric Ponsard journaliste culturel à Euronews.

Sources additionnelles • AFP