PUBLICITÉ

Le père d'Albator, le célèbre pirate de l'espace, est décédé

Le père d'Albator s'est éteint à l'âge de 85 ans
Le père d'Albator s'est éteint à l'âge de 85 ans Tous droits réservés JEAN-PIERRE CLATOT/AFP
Tous droits réservés JEAN-PIERRE CLATOT/AFP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Le père d'Albator, Leiji Matsumoto, légende du manga et de l'animation japonaise s'est éteint à l'âge de 85 ans.

PUBLICITÉ

Il aura marqué la toute première génération de Français qui avait découvert dans les années 80 les  dessins animés japonais. Leiji Matsumoto, créateur de mangas et d'anime de sagas spatiales, est décédé à l'âge de 85 ans. Il souffrait d'une insuffisance cardiaque aiguë.

Si son nom d'auteur restait peu connu du grand public, son personnage de légende -Albator- parlera sans doute davantage aux quadragénaires.

"Capitaine Albator" ("Harlock" en version originale et en anglais) racontait les aventures spatiale d'un jeune pirate au visage barré d'une cicatrice et à la longue cape noire siglée d'une tête de mort. Une signature qui rendra ce héros incontournable dans le monde entier.

Parue au Japon entre 1977 et 1979 puis adaptée en dessin animé, Albator connaîtra un succès insolent, après sa diffusion à la télévision française à partir de 1980.

"Albator est mon plus fidèle et plus ancien ami. Il est mon alter ego dans sa détermination", assurait Leiji Matsumoto en 2011 au Festival du film d'animation d'Annecy, où il était venu présenter la bande-annonce du film "Albator, corsaire de l'espace". 

Ses anime de science-fiction axés sur l'espace et l'aventure sont populaires à l'échelle mondiale.

Le dessinateur, né en 1938, est devenu célèbre en tant que créateur de "Galaxy Express 999" et de "Space Battleship Yamato".

Récompensé à plusieurs reprises par le gouvernement japonais, ainsi que Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres du gouvernement français, Matsumoto n'avait que 15 ans lorsque sa première œuvre a été publiée.

L'artiste avait également raconté avoir été inspiré dans son oeuvre par la bombe atomique larguée par les Etats-Unis à Hiroshima le 6 août 1945, alors qu'il avait 7 ans et résidait à Fukuoka, à 300 km de là.

"Cela m'a traumatisé mais a été une source d'inspiration, comme toutes mes expériences de jeunesse. Quand je faisais les 400 coups, de l'escalade, nageais dans des eaux dangereuses. L'expérience personnelle est essentielle pour un créateur, même de science-fiction", avait-il déclaré.

Icône de la pop culture, Leiji Matsumoto avait aussi signé au début des années 2000 un moyen métrage d'animation dont l'album Discovery du groupe français Daft Punk fournissait la bande-son.

Il avait plus récemment participé à la Japan expo, grand salon dédié à la pop culture japonaise, à Paris en 2019 avec une autre légende du manga, son compatriote Go Nagai (Goldorak).

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les meilleures villes européennes pour les amateurs d'art : et la vôtre y figure-t-elle ?

Ça déménage au Louvre : Mona Lisa va avoir sa propre pièce... au sous-sol

Des retrouvailles émouvantes aux toiles d'araignées gelées : les images gagnantes des Sony World Photography Awards 2024