This content is not available in your region

"Améliorer la sécurité des pêcheurs, c'est les sensibiliser aux risques"

euronews_icons_loading
Ocean
Ocean   -   Tous droits réservés  euronews
Par Denis Loctier
Taille du texte Aa Aa

La pêche et l'aquaculture en mer font partie des métiers les plus risqués en Europe. Selon les données de l'Agence européenne pour la sécurité maritime.

173 vies ont été perdues entre 2014 et 2019 dans 89 accidents. Plus de la moitié des incidents se produisent sur des chalutiers, et la plupart du temps c’est une défaillance humaine qui est en cause - notamment un personnel mal formé, mal équipé ou surchargé de travail.

Pour améliorer les conditions de travail et la sécurité sur les navires de pêche, la région d'Émilie-Romagne, sur la côte adriatique de l'Italie, entretient un dialogue entre la communauté des pêcheurs, les municipalités côtières, les associations privées, les syndicats et les autres acteurs du secteur. A Cesenatico, Euronews s'est entretenu avec le syndicaliste Marco Rinaldi, de la FLAI CGIL Pesca Emilia-Romagna. Selon lui, améliorer la culture de la sécurité et réduire la quantité de pêche pourraient effectivement faire baisser le nombre de victimes en mer.

"renforcer la culture de la sécurité"

"Améliorer la sécurité des pêcheurs, c'est d'abord les sensibiliser aux risques du travail en mer qui peuvent être réduits. Les associations doivent donc proposer des formations, et les autorités doivent exercer un contrôle. Renforcer la culture de la sécurité et améliorer les contrôles peuvent certainement rendre les conditions de travail plus sûres".

Jusqu'à présent, les principales améliorations ont été liées à la réduction de l'effort de pêche. Par rapport à cinq jours de travail en mer, si vous ne quittez le rivage que pendant trois ou quatre jours, vous êtes moins fatigué, vous travaillez moins d'heures, donc les stocks de poissons s'améliorent en même temps que vos conditions de travail.

Dans certaines régions comme l'Émilie-Romagne, mais pas seulement ici, la sensibilisation aux risques que j'ai mentionnés a également augmenté grâce aux formations, et une culture croissante de la sécurité améliore l'équipement à bord. Les pêcheurs utilisent enfin des équipements de prévention des accidents, comme des gants, qui n'étaient pas utilisés il y a encore quelques années. Les fonds européens ont contribué à améliorer les conditions de travail - mais il y a encore beaucoup de choses à faire."