This content is not available in your region

Crues meurtrières en Europe : le rôle amplificateur du changement climatique

euronews_icons_loading
Climate Now
Climate Now   -   Tous droits réservés  euronews
Par Jeremy Wilks

Dans cette édition de Climate Now, notre magazine sur les bouleversements qui touchent notre planète, nous évoquons les données climatiques pour le mois de septembre 2021 fournies par le Service Copernicus concernant le changement climatique, ainsi que le lien entre changement climatique et phénomènes météo extrêmes en prenant la direction de l'une des villes allemandes dévastées par les inondations en juillet.

Dans un contexte de réchauffement planétaire, la situation dans la région du pôle Nord est cruciale à observer, en particulier en septembre, le mois de l'année où la banquise arctique se rétracte au minimum après l'été.

Une superficie minimale de la banquise plus faible

La situation sur place a été contrastée le mois dernier. Au niveau de la mer du Groenland, la banquise a atteint sa superficie la plus faible jamais enregistrée tandis que dans le nord de l'Alaska, elle n'avait pas été aussi vaste depuis quinze ans.

Mais à l'échelle de toute la région arctique, la banquise a reculé de 8% par rapport à la moyenne en septembre.

© Euronews
En septembre 2021, la superficie minimale de la banquise arctique s'est réduite de 8%© Euronews

Une température mondiale un peu plus élevée

Au niveau des anomalies de températures relevées par Copernicus, septembre 2021 est l'un des quatre mois de septembre les plus chauds jamais enregistrés au niveau mondial avec des températures de 0,4°C au-dessus de la moyenne pour la période 1991-2020.

Il a fait plus doux que la moyenne dans une grande partie du Canada et des États-Unis tandis que cette région d'Amérique latine a fait face à une sécheresse prolongée.

Les températures ont également été plus élevées que la moyenne dans l'ouest de l'Afrique, l'Asie centrale et plusieurs régions chinoises.

Copernicus / ECMWF
Septembre 2021 est l'un des quatre mois de septembre les plus chauds jamais enregistrés au niveau mondialCopernicus / ECMWF

Situation contrastée en Europe

En Europe, le continent a été séparé entre est et ouest. Le Royaume-Uni a connu son deuxième mois de septembre le plus chaud jamais enregistré.

Mais comme il a fait frais dans l'est de l'Europe, la température moyenne du continent a été de 0,2°C inférieure à la moyenne.

Copernicus / ECMWF
L'Europe a été divisée entre de la douceur à l'ouest et du froid à l'estCopernicus / ECMWF

Retour sur les inondations meurtrières de cet été

Quel rôle le changement climatique a-t-il joué dans les inondations qui ont coûté la vie à plus de 220 personnes en Allemagne et Belgique en juillet ? Pour le savoir, nous nous sommes rendus dans la ville allemande d'Altenahr qui fait face à cette nouvelle réalité.

Sur place, les opérations de déblaiement se poursuivent au niveau des ponts et des maisons qui se sont effondrés lors de la catastrophe.

Le 14 juillet, des pluies exceptionnellement fortes se sont abattues sur cette région d'Europe. La maire de la ville Cornelia Weignad était présente sur place ce jour-là. Elle nous montre un terrain déblayé : "Il y avait une maison à côté de cet arbre et elle s'est totalement effondrée lors des inondations," décrit-elle avant d'ajouter : "Malheureusement, les personnes qui se trouvaient à l'intérieur ont perdu la vie. Et en voyant cela, vous pouvez commencer à comprendre ce que ces inondations ont signifié pour nous," souligne-t-elle.

EFAS
Alerte aux crues dans la région le 14/07/21EFAS

De l'inconcevable au réel

La rivière, l'Ahr qui traverse la ville est fréquemment en crue et une montée de l'eau de deux à trois mètres est une chose que la plupart des habitants s'attendent à voir au moins une fois dans leur vie.

Ce 14 juillet, les fortes pluies avaient été annoncées et des alertes inondations, lancées, mais ce qui s'est produit en juillet était totalement inimaginable.

Nous découvrons un bâtiment où l'eau est montée jusqu'au milieu du premier étage. Elle s'est élevée jusqu'à dix mètres par endroits.

"C'était inconcevable aussi bien pour les scientifiques comme pour les autorités qui suivent ce genre de choses et font des prévisions," indique Cornelia Weignad.

Corrélation réchauffement / pluies intenses

De nombreux facteurs ont mené à cette catastrophe : le printemps pluvieux avait déjà lessivé le paysage et puis, le changement climatique a joué un rôle : aujourd'hui, de telles pluies intenses sont neuf fois plus susceptibles de se produire dans l'ouest de l'Europe. Du fait du réchauffement climatique, elles seront désormais, plus intenses et plus fréquentes.

Tobias Fuchs, directeur du climat et de l'environnement au service de prévision météo allemand DWD, nous en donne l'une des raisons."Plus il fait chaud, plus l'air peut absorber d'eau," indique-t-il. "Un air plus chaud d'un degré peut contenir environ 7% de vapeur d'eau en plus et ce qui se trouve dans l'atmosphère retombe tôt ou tard sous forme de précipitations," fait-il remarquer.

"Et quand des zones de basse pression se déplacent très lentement," poursuit-il, "des inondations comme celle que nous avons connue [à Altenahr] mi-juillet peuvent se former en peu de temps."

Qu'en est-il alors de la reconstruction de la ville ? La commune pourrait, selon sa maire, devenir un exemple de résistance aux inondations.

"Cela aurait du sens de faire de cette région, un modèle pour ces questions," estime Cornelia Weignad. "Comment mieux protéger les vallées fluviales contrer les inondations ? Comment gérer les volumes d'eau ? Et comment construire dans ces vallées pour que tous les ouvrages soient plus résistants face à de telles tempêtes ?" conclut-elle.

Journaliste • Jeremy Wilks