This content is not available in your region

Débat : la Chine et l'Europe face au défi de la neutralité carbone

euronews_icons_loading
Débat : la Chine et l'Europe face au défi de la neutralité carbone
Tous droits réservés  euronews
Par Jeremy Wilks

Dans le contexte de la COP26 sur le climat à Glasgow, euronews et la chaîne de télévision chinoise CGTN ont invité des experts européens et chinois à participer à un débat commun pour discuter des moyens d'atteindre la neutralité carbone.

On sait qu'il faut réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre à l'échelle mondiale et que tous les pays doivent travailler ensemble pour respecter les engagements pris dans l'accord de Paris sur le climat. Mais tout l'enjeu est de parvenir à définir et suivre une feuille de route pour remplir ces objectifs.

"Un objectif non négociable"

Tout d'abord, pourquoi se concentrer sur la neutralité carbone ? Est-ce l'unique objectif qu'il faut se fixer ? La réponse est oui selon Diana Ürge-Vorsatz, professeure de sciences environnementales à l'Université centrale européenne de Vienne (Autriche).

"J'ai bien peur que nous devions nous fixer cet objectif, c'est non négociable," souligne-t-elle lors du débat. "Pour stabiliser le climat à quelque niveau que ce soit, nous devons ramener à zéro, les émissions nettes de CO2," poursuit-elle. "À long terme, si l'humanité veut survivre, nous devons renoncer à utiliser les combustibles fossiles," souligne-t-elle.

Des approches diverses

De nombreux pays développés se donnent l'échéance de 2050 pour atteindre la neutralité carbone, la Chine, de son côté, parle de 2060. "Pourquoi ?" interroge la présentatrice de CGTN, Wei Tian.

"Je pense que la Chine adopte une approche très concrète, mais aussi méthodique à cet égard car la Chine est le plus grand pays en développement du monde," affirme Jianyu Zhang, directeur exécutif de BRI Green Development Institute. "En réalité, quand on fait le calcul, on constate que cet engagement pour 2060 est déjà audacieux en soi," estime-t-il.

Renoncer au charbon ou le rendre plus propre ?

La croissance de la Chine comme de nombreux autres pays est alimentée dans une large mesure par le charbon largement considéré comme le plus polluant des combustibles fossiles.

"Comment régler le problème du charbon ? Il s'agit d'une technologie ancienne, mais c'est ce qui alimente toute cette croissance et ce développement : comment le rendre plus propre ?" demande notre journaliste spécialisé dans la science Jeremy Wilks.

Changhua Wu, directrice pour la Chine et l'Asie à The Office of Jeremy Rifkin, indique que la Chine sortira bien du charbon : "Malheureusement, nous devons nous attaquer au charbon le plus vite possible et c'est déjà ce qui est prévu. Mais le plus important en réalité, c'est que la Chine est en train de transformer son système énergétique national," fait-elle remarquer.

Jianyu Zhang intervient lui aussi sur cette question : "Il ne s'agit pas seulement de l'utilisation du charbon. Nous devons considérer la question dans sa globalité car c'est la crise climatique mondiale que nous essayons de résoudre," insiste-t-il.

euronews
Nos invités chinois et européens débattent des pistes pour atteindre la neutralité carboneeuronews

Toujours plus d'énergies renouvelables

Opérer la transition vers les énergies renouvelables est nécessairement synonyme de défis. En 2019, elles représentaient environ 20 % de la part de marché dans l'Union européenne à 27. À l'avenir, il faut que cette proportion s'élève à 70 %, 80 %, voire plus. Dans ce contexte, comment gérer notre consommation d'énergie quand il ne fait pas soleil et que le vent ne souffle pas ?

Ajay Gambhir, chercheur principal à l'Institut Grantham pour le changement climatique et l'environnement de l'Imperial College de Londres, donne aux autres invités, un exemple de ce que sera concrètement cette révolution énergétique. "Dans quelques années, quand nous brancherons nos voitures sur le réseau, leurs batteries lui fourniront de l'électricité," assure-t-il. "Un certain nombre d'entreprises testent déjà ces technologies "Vehicles to Grid" ou "V2G" (De la voiture au réseau)," ajoute-t-il, "donc nos voitures alimenteront le réseau comme de mini-centrales électriques et fourniront ainsi, une solution de stockage."

Recours à l'innovation

Pour la professeure Diana Ürge-Vorsatz, nous devons aussi nous concentrer sur l'environnement bâti et les gains d'efficacité qui peuvent être facilement obtenus.

"Aujourd'hui, on sait par exemple comment construire et rénover des bâtiments pour les transformer en centrales électriques, pour qu'ils produisent plus d'énergie que celle consommée par eux-mêmes et leurs occupants," explique-t-elle. "Donc nous pouvons réduire la consommation d'énergie de 90 %, simplement grâce à l'innovation et sans recourir à des technologies coûteuses," assure-t-elle.

Atteindre la neutralité carbone est un défi de taille qui impliquera des changements importants au niveau de notre approvisionnement en énergie à l'échelle mondiale. Mais, si nous voulons ralentir le réchauffement de notre planète à un moment donné dans le futur, c'est un objectif qui doit tout simplement être atteint.

Journaliste • Jeremy Wilks