Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Comment réduire les émissions de méthane issues des déchets ménagers ?

Climate Now
Climate Now   -   Tous droits réservés  euronews   -  
Par Jeremy Wilks  & Euronews

Dans ce nouveau numéro de l'émission d'Euronews Climate Now, il est question des températures enregistrées au mois de septembre, et de la manière dont un site d'enfouissement en Pologne tente de réduire les émissions de méthane issues des déchets ménagers.

Températures anormalement élevées au Groenland en septembre

Selon les dernières données du service Copernicus sur le changement climatique, à l'échelle mondiale, les températures en septembre ont été supérieures de 0,3 degré à la moyenne 1991-2020.

Il s'agit du quatrième mois de septembre le plus chaud jamais enregistré.

Service Copernicus sur le changement climatique
Les températures en septembre ont été supérieures de 0,3 degré Celsius à la moyenne 1991-2020.Service Copernicus sur le changement climatique

Dans une grande partie de l'Europe, de la Russie et de la Sibérie, les températures ont pourtant été plus basses que la moyenne le mois dernier.

Il a également fait plus frais en Australie, dans le sud du Brésil, au Paraguay, en Uruguay et dans le nord de l'Argentine.

Service Copernicus sur le changement climatique
Dans les zones en bleu, les températures ont pourtant été plus basses que la moyenne en septembre.Service Copernicus sur le changement climatique

Mais au Groenland, les températures ont été supérieures de plus de 8 degrés Celsius à la moyenne, le mois dernier.

Service Copernicus sur le changement climatique
Au Groenland, les températures ont été supérieures de plus de 8 degrés à la moyenne, en septembre.Service Copernicus sur le changement climatique

Le glaciologue Jason Box était au Groenland en septembre, il affirme que cela est dû aux températures exceptionnellement élevées dans les pays du sud.

"Normalement, en septembre, la saison de la fonte touche à sa fin, dit-il. Mais à cause de l'air chaud venu du sud, il y a eu des températures bien supérieures à celles de la fonte, avec des pics à 10 degrés au-dessus. Donc il a plu au lieu de neiger. Puis l'ouragan Fiona a apporté un peu plus de chaleur et d'humidité au Groenland à la fin du mois de septembre."

Animated map by Jason Box, professor in glaciology, Geological Survey of Denmark and Greenland

Réduire les émissions de méthane

Le méthane est un puissant gaz à effet de serre, 84 fois plus puissant que le dioxyde de carbone sur une période de 20 ans, donc réduire le méthane fait partie de la solution pour ralentir le réchauffement climatique.

Un site d'enfouissement situé près de Cracovie, dans le sud de la Pologne, collecte chaque jour des centaines de tonnes de déchets ménagers, des déchets qui produisent du méthane si on les laisse se décomposer.

Après avoir été triés, ils sont compostés en présence d'un bon flux d'oxygène. Une première étape pour endiguer l'émission de méthane, comme l'explique le responsable Adam Krolikowski.

"Ce processus de compostage ne produit pas de méthane car c'est un processus aérobie, explique-t-il. Ici, le bioréacteur de compostage a des tuyaux dans le sol ce qui permet d’aérer la matière. Cela accélère le processus de compostage."

Les déchets sont finalement compactés et recouverts de terre. Ils continuent à produire du méthane, les opérateurs extraient donc le gaz et l'utilisent pour produire de l'énergie.

" Ici, nous avons un système d'extraction active du gaz et le méthane est réellement extrait de la décharge sous pression, détaille Adam Krolikowski. Il y a une pression négative dans ces tuyaux qui amènent le biogaz dans une usine bioélectrique où l'électricité est produite."

Climate Now, Euronews
Site d'enfouissement près de Cracovie, en Pologne.Climate Now, Euronews

Mais le méthane étant plus léger que l'air, il continue donc de s'échapper, malgré les pompes.

Marcin Kalembka travaille à la détection des panaches de gaz : "Nous avons détecté une petite fuite, mais elle est assez faible. Maintenant, nous devons la marquer sur les cartes et transmettre cette information aux gestionnaires de la décharge pour qu'ils puissent prendre des mesures correctives."

Dans l'UE, un quart des émissions de méthane d'origine humaine provient des déchets, et de nombreux sites de décharge ne sont pas correctement équipés pour capter ce gaz.

Pourtant, le scientifique Jaroslaw Necki estime qu'une telle mesure est judicieuse à bien des égards : "Réduire les émissions de méthane est certainement plus facile que de réduire des émissions de CO2. Ne serait-ce que parce que cela apporte un avantage financier évident aux entreprises concernées. C’est donc à la fois rentable pour des raisons climatiques et pour des raisons financières."

L'UE travaille également sur la réduction des émissions de méthane issues de la production ou de la consommation d’énergies fossiles.