L'Angola, diamant brut en matière de production agricole

L'Angola, diamant brut en matière de production agricole
Tous droits réservés  euronews
Par Chris Burns  & Dinamene Cruz

L'émission d'Euronews Green Angola s'intéresse à deux entrepreneurs écologiques angolais qui parient sur l'énorme potentiel agricole du pays, notamment dans la production de fruits.

Aderito Costa, le roi de la pitaya d'Angola et Yudo Borges, le roi de la fraise du pays, se sont tous deux démarqués de la concurrence en adoptant un ensemble de valeurs communes à travers leur passion pour l'excellence, l'innovation, le savoir-faire agricole et le développement communautaire. 

Yudo Borges, le roi de la fraise

Dans le sud-ouest de la province de Huila, c'est le moment de la récolte dans les champs de fraises. Yudo Borges a récupéré et transformé une ferme vieille de 60 ans pour devenir de roi de la fraise.

"Nous avons les meilleures conditions pour produire des fraises, explique-t-il. Nous sommes à 2 000 mètres d'altitude. Nous avons un hiver sec. Et c'est très bien parce que lorsque nous plantons, nous pouvons commencer à produire dès l'hiver. Nous n'avons pas beaucoup de parasites, nous n'avons pas de champignons et nous irriguons nos fraises avec de l'eau de source."

Au départ, Yudo Borges a fait venir des experts d'Afrique du Sud pour former son équipe. Ses employés sont tous Angolais, ils ont appris comment bien irriguer et bien cueillir.

Euronews
Culture de la fraise en AngolaEuronews

La plupart de la production est destinée à Luanda, pour remplir les supermarchés de la capitale. Pour cela, le roi de la fraise possède deux camions frigorifiques qui partent chaque semaine de la ferme, emportant près de deux tonnes et demie à trois tonnes de fraises emballées.

Mais la logistique n’est pas toujours simple, car les routes ne sont en majorité pas très bonnes. 

Aderito Costa, le roi de la pitaya

Un problème que ne connaît pas Aderito Costa. Sa ferme est située dans la province de Bengo, juste à côté de Luanda. Il y cultive la pitaya, aussi appelée fruit du dragon. Aderito Costa est le roi de la pitaya. Il a découvert ce fruit au Brésil et l'a ramené chez lui il y a 12 ans.

Son surnom, il le doit à une femme qui a passé un appel dans une émission de radio, attribuant à la pitaya la bonne santé de sa famille.

"Elle a dit : "Je veux que vous appeliez ce jeune homme le roi de la pitaya en Angola", raconte-t-il. Et l’animateur radio a dit "wow, c'est une bonne idée". Après ça, beaucoup d'autres appels téléphoniques sont arrivés à la radio, demandant qu’on me surnomme le roi de la pitaya."

Aderito Costa insiste également sur une production plus saine, évitant l'utilisation de produits chimiques. Il estime que les fruits qui ont bon goût sont ceux qui ont été produits en suivant un système de production naturel.

Wanderley Ribeiro, président de l'Association agricole du pays affirme que l'Angola a un vaste potentiel en tant que producteur et exportateur de pitayas et d'autres cultures.

"Aujourd'hui, nous avons une nouvelle génération de personnes qui ne s'intéresse pas seulement à la demande locale, explique-t-il. Nous regardons ce que le marché mondial demande, ce que le marché mondial veut en termes de qualité."

L'Angola est un diamant brut en matière de production agricole.