Le phénomène climatique El Niño pourrait bien revenir cet été : voici pourquoi c’est important

L'événement climatique pourrait avoir des impacts drastiques, allant de vagues de chaleur torrides à des tempêtes plus fortes
L'événement climatique pourrait avoir des impacts drastiques, allant de vagues de chaleur torrides à des tempêtes plus fortes Tous droits réservés Raychel Sanner
Tous droits réservés Raychel Sanner
Par Rebecca Ann Hughes
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Selon une étude de l’Organisation météorologique mondiale, El Niño, ce phénomène climatique qui fait grimper la température dans une grande partie du Pacifique, pourrait bien ressurgir à l’été 2023 et tirer a température moyenne du globe à la hausse.

PUBLICITÉ

L’agence météorologique américaine l’avait préfiguré, l’Organisation météorologique mondiale le confirme, ce mercredi 1er mars 2023 : El Niño pourrait bien faire son retour cet été.

Selon les dernières estimations de l’institution, il y a bien 55 % de chances qu’El Niño, ce phénomène climatique qui fait grimper les températures dans le Pacifique et tire donc les moyennes mondiales vers le haut, réapparaisse cet été. 

Voici comment les climatologues prédisent qu'El Niño affectera les températures mondiales, la météo et la vie marine.

Qu'est-ce qu'El Niño ?

L'événement climatique El Niño est un des principaux responsables de l'augmentation des températures mondiales et de l'aggravation des phénomènes météorologiques extrêmes .

La zone du Pacifique où El Niño se produit (une large bande entre l’Indonésie et le Pérou) voit apparaître le premier de ses deux facteurs déclenchant : une réserve d’eaux chaudes en profondeur dans l’Ouest du Pacifique, formée grâce au cycle climatique habituel de cette zone, accentué en cas de phénomène La Niña.

Pour qu’El Niño se matérialise il ne reste plus qu’à voir apparaître (ou non) des vents d’Ouest qui, au printemps, perturberont ce cycle climatique et, in fine, feront remonter cette réserve d’eau chaude à la surface. C’est cette masse d’eau chaude qui, en entrant au contact de l’atmosphère, contribuera à le réchauffer.

Cette année devrait déjà être plus chaude que 2022, et la cinquième ou sixième année la plus chaude jamais enregistrée. Les effets d'El Niño mettent des mois à se faire sentir et pourraient signifier que 2024 battra des records de température.

Comment El Niño affecte-t-il la météo ?

El Niño pousse l'eau chaude de l'océan Pacifique vers l'Est, provoquant le déplacement du courant-jet du Pacifique au Sud de sa position habituelle. Cela produit un temps plus sec et plus chaud dans le nord des États-Unis, et des précipitations voire des inondations intenses sur la côte du golfe des États-Unis et le Sud-Est. En Europe, cela peut entraîner des hivers plus froids et plus secs dans le nord et des hivers plus humides dans le sud.

Lors de ce phénomène, la température globale augmente d'environ 0,2 degrés Celsius, selon la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA). Cela signifie qu'il dépasserait largement la limite cruciale du réchauffement climatique de 1,5 degrés Celsius .

"La probabilité d'avoir la première année à 1,5 degrés Celsius au cours de la prochaine période de cinq ans est maintenant d'environ 50 %", a déclaré au quotidien The Guardian le professeur Adam Scaife du Met Office britannique.

En conséquence, le monde sera confronté à des vagues de chaleur plus intenses, à des saisons chaudes prolongées et à des tempêtes plus puissantes. L'Indonésie et l'Australie connaîtront probablement un temps plus chaud et plus sec avec une plus grande possibilité d'incendies de forêt.

Les moussons en Inde et les pluies en Afrique du Sud pourraient être réduites tandis que l'Afrique de l'Est pourrait être confrontée à plus de pluies et d'inondations .

El Niño augmente également l'activité des ouragans dans le Pacifique, ce qui signifie que des endroits comme Hawaï seront exposés au risque de cyclones tropicaux.

Comment El Niño affecte-t-il la vie marine ?

El Niño met également en danger la vie marine le long de la côte du Pacifique. Dans des conditions météorologiques normales, un phénomène connu sous le nom d'upwelling fait remonter de l'eau fraîche et riche en nutriments des profondeurs de l'océan.

Lorsqu'El Niño se produit, ce processus est supprimé ou complètement arrêté, ce qui signifie moins de phytoplancton le long de la côte, ce qui entraîne moins de nourriture pour certains poissons.

En mars, les scientifiques ont découvert que les températures mondiales à la surface des mers atteignaient un niveau record. El Niño risque d'aggraver la situation. L'eau plus chaude provoque le blanchissement des récifs coralliens, ce qui les expose à un risque accru de famine.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les violents incendies en cours ont déjà fait au moins 64 morts au Chili

Inaction climatique : la France et la Suisse attaquées devant la CEDH

Le changement climatique aura des répercussions majeures sur nos revenus