Pourquoi il est si essentiel de protéger les requins d'Europe

En partenariat avec The European Commission
Pourquoi il est si essentiel de protéger les requins d'Europe
Tous droits réservés euronews
Par Denis Loctier
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les requins des mers et océans européens mènent une lutte silencieuse pour leur survie, notamment parce que les hommes modifient leur habitat. Nous découvrons deux initiatives portées par toute une série d'acteurs qui visent à préserver des espèces comme les grandes roussettes et les requins anges.

Au pied du Vésuve, sur la côte ouest de l'Italie, la baie de Naples est réputée pour la beauté de son cadre et la richesse de sa vie marine.

Il y a quelques années, la journaliste italienne et chercheuse marine Eleonora de Sabata a découvert un véritable trésor vivant, dans l'un des récifs sous-marins de la baie, grâce à un conseil donné par des plongeurs locaux.

Aux côtés d'Eleonora, à 40 mètres de profondeur, nous observons de nos propres yeux, un spectacle devenu de plus en plus rare en Méditerranée : des bourses de sirène renfermant des œufs de requin, berceaux de vie pour quelques-unes des dizaines d'espèces de requins vivant en Méditerranée.

Le déclin des grandes roussettes de Méditerranée

Dans les anfractuosités de ce récif sous-marin vivent de grandes roussettes, une espèce de requins inoffensive pour l'homme, mais essentielle pour l'écosystème marin. Chacune d'entre elles est reconnaissable à son motif de taches unique.

Eleonora de Sabata prend des notes : elle a attribué un nom à chaque requin. Mais ses observations révèlent qu'au lieu d'augmenter, la population locale de cette espèce est en train de s'effondrer. "Quand nous avons commencé cette étude, on pouvait trouver des centaines de sacs ovigères dans cette région : aujourd'hui, dix ans plus tard, il n'y en a plus que quelques dizaines," déplore-t-elle. "Malheureusement, c'est un phénomène qui se produit partout en Méditerranée," fait-elle remarquer. "Ce n'est pas que des personnes pêchent activement les requins, mais ils se retrouvent empêtrés dans des filets et des hameçons destinés à d'autres espèces," explique-t-elle.

Eleonora de Sabata dirige le projet "LIFE European Sharks"
Eleonora de Sabata dirige le projet "LIFE European Sharks"Euronews

"De plus, nous modifions considérablement leur environnement ; or ils ont besoin de calme, d'endroits où les bébés requins peuvent se reposer, s'abriter et trouver de la nourriture et nous avons transformé toutes les zones côtières," décrit Eleonora de Sabata. "Donc ils ne vont pas très bien," souligne-t-elle.

"Passer d'une vision négative à une vision beaucoup plus durable"

Depuis les années 1970, la population de requins dans le nord de la mer Tyrrhénienne a chuté de 99%. Pourtant, cette crise attire peu l'attention.

L'Aquarium de Livourne participe au projet LIFE European Sharks, financé par l'Union européenne, qui vise à sensibiliser les Européens de tous âges aux requins et à leurs proches cousins, les raies. Mais beaucoup pensent que l'image inquiétante des requins pourrait nuire aux efforts déployés pour leur protection.

"Ces animaux doivent passer d'une vision négative donnée par les films dans le passé à une vision beaucoup plus durable, beaucoup plus axée sur l'environnement en raison du rôle écologique très important qu'ils jouent," estime Giovanni Raimondi, coordinateur scientifique de l'Aquarium de Livourne.

Giovanni Raimondi, de l'Aquarium de Livourne, veut nous faire changer de vision sur les requins
Giovanni Raimondi, de l'Aquarium de Livourne, veut nous faire changer de vision sur les requinsEuronews

Un changement culturel jusque dans nos assiettes

Le changement culturel doit également s'étendre aux choix culinaires. Dans les eaux européennes, les requins sont souvent capturés par accident et sont considérés comme des poissons de faible valeur. Pourtant, ces prises accessoires peuvent être vendues dans des régions comme celle de Livourne où la consommation de chair de requin est une tradition. Eleonora de Sabata qui dirige le projet "LIFE European Sharks" travaille avec les pêcheurs pour s'assurer que les mesures de protection sont respectées et qu'au moins, les petits requins sont remis à l'eau vivants.

De nombreux restaurateurs se montrent compréhensifs. Le poisson local, pêché de manière durable, peut parfaitement remplacer la chair de requin, même dans des plats traditionnels comme le célèbre ragoût de poisson de Livourne, le cacciucco. Deborah Corsi figure parmi les nombreux chefs impliqués dans ce projet européen. "Nous essayons d'utiliser d'autres types de poissons, et non plus le requin, précisément pour favoriser la reproduction de l'espèce," indique la cheffe de La Perla del Mare.

Le cacciucco de la cheffe Deborah Corsi
Le cacciucco de la cheffe Deborah CorsiEuronews

Porter un nouveau regard sur les requins

Le cacciucco sans requin est toujours aussi délicieux. C'est un petit pas, mais un pas important, vers la préservation des populations de requins d'Europe, même s'il reste encore un long chemin à parcourir pour atteindre cet objectif.

"C'est compliqué d'inverser le déclin des requins en Méditerranée car la seule solution serait d'arrêter la pêche, ce qui est impossible pour un certain nombre de raisons," reconnaît Eleonora de Sabata. "Notre approche consiste donc à essayer de mettre l'accent sur l'élément humain et à changer le regard sur les requins, en les faisant passer de 'dangereux' à 'en danger'," explique-t-elle. "Chacun d'entre nous peut faire quelque chose de concret pour aider les requins à se rétablir," souligne-t-elle.

Une tâche difficile, mais il y a de bonnes raisons d'espérer des progrès grâce à une collaboration plus grande de différents acteurs.

Science citoyenne sur l'île canarienne de Fuerteventura

Fuerteventura, l'une des îles Canaries, n'est pas seulement un lieu prisé pour ses plages et la plongée sous-marine. C'est aussi l'un des derniers foyers d'une espèce étonnante, autrefois répandue sur les côtes européennes, : le requin ange.

Ces spécimens ressemblent beaucoup à des raies et vivent dans des eaux peu profondes. Ce qui fait d'eux, des prises accidentelles des chaluts de fond.

"Aujourd'hui, ils appartiennent à la catégorie des espèces en danger critique d'extinction : cela correspond à une espèce qui ne peut pas aller plus mal avant de disparaître," précise Eva Meyers, cofondatrice et codirectrice du "Angel Shark Project". "Mais la bonne nouvelle, c'est que maintenant que nous leur accordons plus d'attention, ils commencent à réapparaître dans de nombreux endroits, ce qui est très encourageant," se félicite-t-elle.

Eva Meyers, cofondatrice du Angel Shark Project
Eva Meyers, cofondatrice du Angel Shark ProjectEuronews

Eva Meyers dirige le Angel Shark Project, une initiative menée par plusieurs groupes de recherche européens qui vise à étudier et à sauvegarder ces espèces. Une grande partie de leur travail repose sur la science citoyenne. "Nous avons établi une carte de signalement s'appuyant sur la science citoyenne qui a permis à tous les plongeurs de nous signaler s'ils voyaient un requin ange," décrit Eva Meyers.

Nous nous rendons dans un centre de plongée participant. "Nous pouvons dire que nous avons vu un requin ange sur tel site de plongée, à telle profondeur, qu'il se comportait comme ça, qu'il s'agissait d'un mâle, d'une femelle, que la température de l'eau était de tant," explique Volker Berg, propriétaire de Deep Blue Diving. "C'est du renseignement collectif et nous pouvons aider !" insiste-t-il. "Ils nous en disent plus sur l'habitat et les menaces," fait remarquer Eva Meyers avant d'ajouter : "Ce sont eux qui, en réalité, s'occupent des requins dans leur région, ils sont les protecteurs des anges."

Le requin ange, un trésor unique au monde

Nous rejoignons l'équipe du Angel Shark Project pour explorer l'un des habitats locaux de cette espèce. L'étude de ces sites pourrait permettre de trouver des moyens de reconstituer les populations de requins dans l'Atlantique Nord-Est et la Méditerranée.

Parmi les collaborateurs de l'équipe, Felipe Ravina Olivares, qui est passé du statut de scientifique marin canarien à celui de vidéaste sous-marin professionnel. Ses documentaires lancent un appel à la protection de l'environnement et de la vie marine unique de l'archipel dont les requins anges font partie.

"Aux îles Canaries, comme il n'y a pas de chalutage, ils ont pu survivre et nous avons une population stable, nous les voyons toute l'année, il y a des jeunes, des adultes, c'est incroyable," se réjouit Felipe Ravina Olivares. "Pour moi, c'est une immense fierté et c'est en cela que consiste mon travail : sensibiliser les gens sur l'importance du requin ange et d'en prendre soin parce que c'est un trésor unique au monde," insiste-t-il.

Les requins anges sont reconnaissables à leur corps aplati qui rappelle celui des raies
Les requins anges sont reconnaissables à leur corps aplati qui rappelle celui des raiesFelipe Ravina Olivares

Création de nouvelles zones protégées

L'équipe du projet marque tous les requins qu'elle trouve pour mieux comprendre leurs habitats et leurs itinéraires de migration.

Grâce aux données recueillies par les scientifiques professionnels et les citoyens, les autorités sont de plus en plus en mesure de protéger ces requins de la pêche accidentelle et d'autres menaces.

"J'ai beaucoup d'espoir, de nouvelles zones protégées ont été créées à différents endroits, ce qui va certainement aider," affirme Eva Meyers. "Je suis donc confiante dans le fait que nous allons dans la bonne direction, même si plusieurs défis très, très difficiles nous attendent encore," admet-elle.

La vie marine dépend de toute une gamme de biodiversité, du plancton aux superprédateurs, comme les requins. Leur protection est essentielle à celle de nos océans.

Journaliste • Denis Loctier

Partager cet article

À découvrir également

Les requins d'Europe : des espèces non pas dangereuses, mais en danger

Les zones humides côtières : leur rôle méconnu dans la lutte contre le changement climatique

Contrôle des pêches dans l'Union européenne : un travail d'équipe