Brexit : Donald Tusk va présenter ses propositions en vue d'un accord avec Londres

Brexit : Donald Tusk va présenter ses propositions en vue d'un accord avec Londres
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Le président du Conseil européen présentera ce mardi ses propositions pour parvenir à un accord avec le Premier ministre britannique David Cameron

PUBLICITÉ

Le président du Conseil européen présentera ce mardi ses propositions pour parvenir à un accord avec le Premier ministre britannique David Cameron, afin de favoriser le maintien de Londres au sein de l’Union européenne. Donald Tusk l’a annoncé lui-même dans un message sur Twitter. Il ajoute qu’il y a eu des “progrès” lors des dernières 24 heures” mais que des questions restent à régler”.

Tomorrow around noon I will table proposal for a new settlement for #UKinEU. Good progress last 24 hours but still outstanding issues

— Donald Tusk (@eucopresident) 1 Février 2016

Pour le porte-parole de la Commission européenne, les difficultés des deux parties à trouver un accord ne sont pas étonnantes. Margaritis Schinas souligne qu‘« il ne suffit pas seulement aux juristes de la Commission et du Conseil de s’entendre. C’est un processus mené à 28 ».

Le Premier ministre britannique s’est rendu à Bruxelles vendredi dernier pour rencontrer le président de la Commission européenne et essayer de débloquer les points de friction. David Cameron réclame des réformes dans quatre domaines pour maintenir l’adhésion du Royaume-Uni. Il veut pouvoir s’opposer à tout approfondissement de l’intégration de son pays à l’Union. Londres insiste pour donner plus de compétences aux Parlements nationaux et même de pouvoir mettre un veto à certaines législations européennes. David Cameron veut aussi protéger la place financière londonienne en s’assurant que le renforcement de la zone euro ne se fasse pas aux dépens des pays hors de la monnaie unique. Enfin, le Royaume-Uni souhaite suspendre pendant quatre ans les aides sociales destinées aux ressortissants de l’Union.
Sur ce point, le plus controversé, le principe d’un dispositif de “frein d’urgence” est sur la table. Il pourrait être activé si les services publics britanniques se disent débordés ou victimes d’abus. Londres espère obtenir un compromis avec ses partenaires lors du sommet européen de février.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les députés demandent la saisie des centaines de milliards d'euros d'actifs gelés de la Russie

L'UE va interdire les produits issus du travail forcé, une mesure qui vise principalement la Chine

Espagne : la campagne électorale pour les européennes est lancée