EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Ouvrir la porte aux réfugiés, est-ce suffisant ?

Ouvrir la porte aux réfugiés, est-ce suffisant ?
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

2015, année record : jamais depuis la Seconde Guerre mondiale, autant de personnes n’avaient fui leur pays.

2015, année record : jamais depuis la Seconde Guerre mondiale, autant de personnes n’avaient fui leur pays. La grande majorité a trouvé refuge dans les pays en développement mais pas en Europe. Les réfugiés ne représentent que 0, 3% de la population totale de l’ Union européenne.

Pourtant, l’Europe a accueilli plus d’un million de demandeurs d’asile en 2015 et près de 200 000 cette année. La plupart sont originaires de Syrie, d’Irak et d’Afghanistan.

Un pays se distingue des autres : l’ Allemagne qui a accueilli à ce jour un demi-million de demandeurs d’asile et accordé une protection à environ 150 000 d’entre eux.

Mais ouvrir la porte aux réfugiés, est-ce suffisant ? Apprendre une nouvelle langue, trouver un emploi, s’intégrer, qu’en est-il ? Car c’est bien d’intégration dont il est question. Il est peu probable que ces réfugiés syriens, irakiens, somaliens ou afghans rentrent rapidement dans leur pays. Ils sont en Europe pour y rester, loin des atrocités qu’ils ont fuies.

Bruxelles annonce que les #réfugiés vont accroître la croissance de 0,2 à 0,3% en #Europe >> https://t.co/6C99JoW8I2pic.twitter.com/2gwg7HJbs0

— Le Figaro (@Le_Figaro) 4 mai 2016

L‘équipe d’Insiders est allée en Allemagne et aux Pays-Bas, deux pays qui ont mis en place des stratégies d’intégration globales. En Italie, nous verrons que la prise en charge des traumatismes liés à l’exil est essentielle pour une meilleure intégration.

Les #PaysBas allouent 500 millions d’euros pour l’intégration des #réfugiéshttps://t.co/SgVapyyvMq

— Léo (@LeoAuteur) 3 mai 2016

Puis entretien avec Eugenio Ambrosi, le directeur du bureau européen de l’ Organisation internationale pour les migrations.

Pour lui, “L’accueil, l’apprentissage de la langue, l’orientation culturelle et l’aide à l’insertion sur le marché du travail, sont les mesures les plus importantes qui doivent être prises par tous les Etats membres afin de faciliter l’intégration des réfugiés.”

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'ethnopsychiatrie au secours des réfugiés en exil

Faire des réfugiés des membres actifs de nos sociétés

Au Pays-Bas : l'intégration à bicyclette