EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Macron Président : après les félicitations, les premiers avertissements des Européens

Macron Président : après les félicitations, les premiers avertissements des Européens
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

De Berlin à Rome, les Européens ont été les premiers à saluer dimanche soir la victoire d’Emmanuel Macron.

PUBLICITÉ

De Berlin à Rome, les Européens ont été les premiers à saluer dimanche soir la victoire d’Emmanuel Macron.
Autant la défaite de Marine Le Pen a été accueillie avec soulagement, autant la victoire du futur président français est perçue comme une chance de relance du projet européen.

Félicitations EmmanuelMacron</a>! Heureux que les Français aient choisi un avenir européen. Ensemble pour une <a href="https://twitter.com/hashtag/Europe?src=hash">#Europe</a> plus forte et plus juste <a href="https://t.co/GWlxKYs4hL">pic.twitter.com/GWlxKYs4hL</a></p>&mdash; Jean-Claude Juncker (JunckerEU) 7 mai 2017

Mais dès lundi, le président de la Commission européenne s’est permis quelques piques à l’endroit de ses amis français. En visite à Berlin Jean-Claude Juncker a appelé Emmanuel Macron à réduire la dépense publique en France jugeant que son niveau actuel n‘était pas tenable à terme.

“Les Français dépensent trop d’argent et ils dépensent au mauvais endroit”, a-t-il déclaré alors que la Commission doit publier jeudi ses prévisions économiques de printemps suivies le 17 mai de ses recommandations.

Juncker avertit déjà Macron: «Les Français dépensent trop d’argent» https://t.co/wJA9rWYGO5pic.twitter.com/prNU7Ax5Wo

— Le Soir (@lesoir) 8 mai 2017

Jean-Claude Juncker a même estimé que le futur chef de l’Etat français ne pourrait pas compter à sens unique sur la mansuétude de ses partenaires européens sur les questions budgétaires.

_ “Il appartient aussi aux Français de faire un geste en direction des autres”_ en faisant les réformes nécessaires a-t-il dit.

Entre deux compliments, Donald Tusk, le président du Conseil européen a lui aussi souligné dans un courrier à Emmanuel Macron que si la France était essentielle pour l’Europe, à l’inverse, la France avait tout autant besoin de l’Europe. Sous entendu, chacun devra faire des concessions.

Avec Agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Emmanuel Macron élu avec 66.10%, chiffres définitifs

Vos journaux au lendemain de la victoire d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron veut "faire renouer le pays avec l'optimisme"