Les échanges commerciaux restent au cœur du sommet Europe-Chine

Les échanges commerciaux restent au cœur du sommet Europe-Chine
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Pour l'UE, la Chine ne respecte pas les principes du libre-échange et ne s'ouvre pas assez aux entreprises européennes. Le premier ministre chinois s'est rendu à Bruxelles. Les européens espèrent la signature d'un accord qui améliorera les échanges commerciaux.

PUBLICITÉ

Deux semaines après un tour européen du président Xi Jinping, la Chine et l'Union européenne se retrouvent ce mardi. Le premier ministre Li Keqiang est a Bruxelles pour un sommet sino-européen. Au cœur des discussions : les échanges commerciaux. L'Union européenne estime que la Chine ne respecte pas les principes du libre-échange et attend des efforts sur l'ouverture de son marché aux entreprises étrangères. "Avant, il y avait de la naïveté. Maintenant, je pense que nous passons d'un partenariat stratégique à une sorte de concurrence stratégique, il y a de la coopération et de la concurrence qui vont de pair. Cela équilibre les relations entre l'UE et la Chine", explique Lin Goethals, directrice du programme pour l'Asie de l'Institut européen d'études asiatiques

L'UE hausse le ton. Un rapport de force déjà affirmé lors de la visite de Xi Jinping. Les dirigeants européens ont voulu montrer leur unité face au président chinois. Même mot d'ordre ce mardi. Concrètement, de nombreux pays veulent réprimer les subventions industrielles et les transferts de technologie forcés. Le sommet doit aboutir sur la signature d'un accord. C'est-à-dire, la concrétisation par écrit des promesses de la Chine de s'ouvrir aux investisseurs européens.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le pont de la réunification croate

Contre l'avis de Paris, l'UE accepte de négocier un accord commercial avec les USA

Les eurodéputés interdisent le parrainage étranger des publicités en ligne trois mois avant les élections européennes