Fonds européens : polémique en Érythrée

Fonds européens : polémique en Érythrée
Tous droits réservés Associated Press
Tous droits réservés Associated Press
Par Stefan Grobe
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L’usage des moyens européens dans ce pays d’Afrique soulève des questions.

PUBLICITÉ

L'Erythrée est souvent pointée du doigt par les observateurs pour sa politique répressive. Selon le New York Times, l'Union européenne aurait financé l'année dernière un projet d'infrastructure construit en partie sous la contrainte pour les travailleurs. D'après le quotidien, les institutions n'auraient pas les moyens de contrôler les travaux pour une enveloppe de 20 millions d'euros. "Que l'Union européenne s'appuie sur le gouvernement pour assurer le contrôle me paraît problématique", explique Laetitia Bader de Human Rights Watch.

Ce projet de route s’inscrit dans le cadre du Fonds fiduciaire de l'UE pour l'Afrique dont l'objectif est de répondre aux causes profondes des mouvements migratoires. Mais l'Erythrée a mis en place un système flou de service national, un dispositif coercitif, qui pousse les habitants à fuir. La promotion de la démocratie n’apparaît plus comme un élément fondamental de l’aide européenne selon Christine Hackenesch du German Development Institute "Le contexte pour aider la démocratie en Afrique et dans le monde est différent désormais car il y a un plus grande compétition de modèles politiques avec la Chine et d'autres acteurs", souligne-t-elle.

La Commission dit être au courant que des conscrits ont été appelés à travailler sur ce projet. Mais l'institution explique que les fonds ont uniquement financé le matériel et l'équipement.

Journaliste • Grégoire Lory

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les conflits internationaux dominent le sommet de l’UE

En France, le débat sur l'avenir du Pacte vert ravive de profondes divisions

"Le sang des enfants palestiniens est sur vos mains", un homme interrompt von der Leyen