EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Plus de transparence pour les activités de lobbying auprès de l’UE

Plus de transparence pour les activités de lobbying auprès de l’UE
Tous droits réservés JOHN THYS/AFP or licensors
Tous droits réservés JOHN THYS/AFP or licensors
Par Aida Sanchez AlonsoEuronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un accord interinstitutionnel permettra de rendre cette activité davantage publique.

PUBLICITÉ

C'est un nouveau pas en matière de transparence dans les affaires européennes. Les eurodéputés ont adopté mardi un texte dont l'objectif est de renforcer le registre de transparence, l'outil qui doit apporter la lumière sur les activités de lobbying dans les institutions.

Pour la première fois le Conseil, qui représente les Etats membres, devra donner des précisions sur ses rencontres avec des groupes d'intérêt. Bruxelles compte 12 500 lobbies enregistrés ce qui situe la capitale belge à la 2e place mondiale derrière Washington. Ces organisations englobent un vaste champ d'influence qui va des ONG aux entreprises technologiques. Chacun apporte ainsi son analyse aux débats politiques.

Selon le registre de transparence 10 organisations comptabilisent beaucoup plus de rencontres avec la Commission européenne. Elles représentent le monde des affaires comme le patronat européen, le secteur numérique mais aussi les représentants syndicaux européens.

L’eurodéputée Danuta Hübner (PPE) estime qu’il y a désormais "plus de garanties sur le fait que sans se faire enregistrer les lobbyistes ne peuvent pas faire leur travail". Mais Transparency international Europe est beaucoup plus critique. Vitor Teixeira, en charge de l’intégrité politique pour l'ONG, demande d'enregistrer toutes les personnes qui participent au processus d'élaboration des règles européennes. "Si vous voulez rencontrer n'importe qui au Conseil, à la Commission et au Parlement qui élabore ou qui aide à écrire des propositions politiques qui auront impact pour 500 millions de personnes, il faut être enregistré et toutes ces réunions doivent être publiées", explique-t-il.

L'idée est de permettre aux citoyens de savoir qui sont l'ensemble des voix qui participent à l'élaboration des règles qui régissent la vie de l'UE.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Des géants du tabac ont-ils profité du coronavirus pour faire du lobbying en Europe ?

Nouveau rapport sur la transparence dans les affaires européennes

La Suisse accueille ce week-end une conférence sur la paix en Ukraine