EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

12 plans de relance validés par les ministres des Finances de l’UE

12 plans de relance validés par les ministres des Finances de l’UE
Tous droits réservés JOHN THYS/AFP
Tous droits réservés JOHN THYS/AFP
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Avec cette nouvelle étape franchie, 12 pays recevront dans les prochaines semaines une première tranche du plan de relance européen.

PUBLICITÉ

Les ministres des Finances de l'Union européenne valident les plans de relance de 12 Etats membres. La France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne ou encore la Belgique recevront dans les prochaines semaines une première tranche de l'aide commune afin de surmonter la crise économique provoquée par la pandémie de covid-19. 

Cette enveloppe représentera 13% du montant total national. "C'est un grand jour. Mais cette journée entraine des obligations pour les pays membres car maintenant il est important de remplir ses engagements", souligne le ministre slovène Andrej Sircelj dont le pays assure la présidence semestrielle de l’UE.

Le plan de relance de l'Union représente 750 milliards d'euros qui seront distribués au cours des prochaines années pour soutenir l'économie. Actuellement 25 Etats membres ont transmis leur stratégie de reprise. La Bulgarie et les Pays-Bas manquent encore à l'appel.

Une prolongation pour Budapest

16 plans sont déjà validés par la Commission européenne. Toutefois le délai d'analyse a été étendu pour un pays : la Hongrie. Pour Budapest ce report est injustifié. "Il n'y a pas de vraies raisons pour n'importe quelle institution européenne de rejeter le plan hongrois, des négociations sont en cours. Mélanger la politique et la finance serait inacceptable si cela s'avérait être le cas", répond le ministre hongrois des Affaires étrangères Peter Szijjarto.

Le gouvernement hongrois est sous le feu des critiques à cause de l'opacité qui entoure ses marchés publics, du risque élevé de corruption et de la récente loi contre la communauté LGBT.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Vers la fin du soutien à l'économie aux USA : qu'en est-il en Europe ?

Ursula von der Leyen à Athènes : feu vert au plan de relance grec

Elections européennes : que veulent les électeurs et que promettent les candidats