Aller au musée pour se soigner

Aller au musée pour se soigner
Tous droits réservés Euronews
Tous droits réservés Euronews
Par Méabh Mc MahonEuronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La ville de Bruxelles propose pendant trois mois la mise en place d’une prescription médicale pour se rendre gratuitement dans des musées dans le cadre d'un traitement.

PUBLICITÉ

Une prescription médicale pour aller gratuitement au musée. C'est l'expérience tentée par la ville de Bruxelles qui souhaite ouvrir certains établissements publics aux personnes fragilisées. 

Delphine Houba est échevine (adjointe au maire) en charge de la Culture dans la capitale belge et membre du conseil d'administration de l'un des principaux hôpitaux de la ville. Elle veut apporter une aide aux habitants qui souffrent de stress et d'anxiété tout en relançant le secteur culturel. "L'idée c'est vraiment de considérer que l'art fait partie du processus de guérison (…) parce que l'art est bénéfique à notre santé tant physique que mentale", explique-t-elle. Pendant trois mois, cinq musées publics participeront à cette initiative comme le Musée de la mode ou celui qui accueille la garde-robe du Manneken-Pis.

Modérer les attentes

Isabel Vermote est historienne de l'art. Elle salue l'idée mais reste prudente sur l'impact sanitaire du projet. "L'art n'est pas une médecine ou un médicament. C'est beaucoup plus complexe que cela", insiste-t-elle. Mais la responsable du programme "Art & Soins" aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique assure que la culture peut être utile pour le bien-être. 

Elle travaille depuis quatre ans avec des professionnels de santé pour amener des personnes malades, vulnérables et même des toxicomanes dans des institutions culturelles. Elle croit dans le pouvoir de l'art pour aider à soigner mais les patients doivent surtout se sentir au mieux dans ces lieux. "Il faut créer par exemple un environnement rassurant pour apprécier l'art. Et il ne faut pas parler de la maladie, juste de la vie et ça c'est la beauté d'un musée", précise Isabel Vermote.

Le succès de l'initiative n'est pas garanti mais l'idée séduit. De plus elle pousse aussi à sortir de chez soi après des mois de confinement.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Santé mentale : l'OCDE appelle les pays à investir d'urgence après les ravages de la pandémie

Les appels à l’aide des adolescents face au covid-19

Espagne : les partis d'extrême droite réunis en congrès à Madrid à l'appel du parti Vox