This content is not available in your region

La guerre en Ukraine, pomme de discorde entre l’UE et la Chine

Access to the comments Discussion
Par Pedro Sacadura  & Euronews
euronews_icons_loading
Le 23e sommet bilatéral entre l'UE et la Chine se tiendra vendredi
Le 23e sommet bilatéral entre l'UE et la Chine se tiendra vendredi   -   Tous droits réservés  John Thys/The Associated Press

La guerre en Ukraine sera un sujet décisif lors du sommet vendredi entre l'Union européenne et la Chine. Les responsables se retrouveront en visioconférence pour la première fois depuis 2020. La détermination de Pékin à vouloir travailler avec la Russie risque d'atténuer les espoirs européens de voir la Chine adopter une position de neutralité. Les relations pourraient donc devenir plus délicates encore.

"Je ne vois pas, sans surmonter ce point, comment il est possible d'avancer ou de progresser sur d'autres questions. Ce conflit, et le fait que nous sommes dans deux camps différents, risque de contaminer les autres problèmes que l'Union européenne et la Chine connaissent depuis 2-3 ans", estime Ricardo Borges de Castro du European Policy Centre. L’analyste estime que les deux partenaires se retrouvent sur une pente négative de leur relation.

Pékin a peut-être donné mercredi un aperçu de sa position. Le ministre chinois des Affaires étrangères a souligné à son homologue russe son souhait de renforcer les liens entre Pékin et Moscou.

En réponse lors du sommet de vendredi, l'UE devrait avertir la Chine de possibles conséquences sévères si le pays devait aider le Kremlin à échapper aux sanctions occidentales. Dans ces conditions des incertitudes planent sur la publication d'une déclaration conjointe en conclusion de la rencontre.

"Probablement ils ne vont pas arriver à s'entendre sur les mêmes mots, à se prononcer sur l'Ukraine. Et je ne peux pas imaginer une déclaration commune issue d'un sommet européen qui ne commence pas par : l'agression de la Russie contre l'Ukraine", juge Ricardo Borges de Castro.

En plus de la guerre en Ukraine, les dirigeants devraient évoquer l'épineuse question de la violation des droits de l'homme contre la minorité Ouïghour dans la région du Xinjiang. Ils se pencheront aussi sur l'accord d'investissement entre l’UE et la Chine actuellement suspendu. Les deux partenaires se sont entendus sur ce texte en décembre 2020 mais il n'a jamais été ratifié après les sanctions chinoises contre des eurodéputés. Ce climat tendu soulève dès lors une question centrale : quelle direction donner aux relations sino-européennes ?