This content is not available in your region

"Les querelles en Europe doivent cesser et il faut approuver les sanctions"

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Discours du président ukrainien lors du sommet européen
Discours du président ukrainien lors du sommet européen   -   Tous droits réservés  European Union

"Les querelles en Europe doivent cesser et il faut approuver les sanctions." C'est le message adressé par le président ukrainien aux chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE. Volodymyr Zelensky s'est exprimé lundi par visioconférence lors du sommet européen à Bruxelles où les 27 négocient un embargo sur le pétrole russe.

Après un mois de discussion, une proposition moins ambitieuse que l'originale est sur la table des négociations. Certains responsables préfèrent voir dans cet effort le verre à moitié plein.

"Cela va concerner environ deux tiers des exportations de pétrole de Russie. Comme l'Allemagne et la Pologne ont annoncé qu'elles voulaient accélérer la réduction de leur dépendance au pétrole russe, cela pourrait potentiellement mener à une efficacité de 90% sur l'embargo", insiste le Premier ministre néerlandais Mark Rutte.

La dernière proposition sur la table prévoit d'ici la fin de l'année une interdiction des importations de pétrole par mer, soit deux tiers des livraisons vers l’UE. Cette mesure signifierait le maintien en activité de l'oléoduc Droujba qui alimente la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie. Mais le Premier ministre hongrois demande encore des assurances.

"C'est une bonne approche mais nous avons besoin de garanties qu'en cas d'accident de cet oléoduc qui traverse l'Ukraine, nous aurions le droit d'obtenir du pétrole russe par d'autres moyens. Si nous les obtenons, c'est bon", souligne le dirigeant hongrois Viktor Orban.

Cette solution inquiète plusieurs Etats membres car elle pourrait entrainer une distorsion de concurrence entre les 27. Des pays bénéficieraient alors d'un pétrole russe moins cher. Mais l'Union doit agir et doit trouver un accord pour donner de la crédibilité à ses sanctions contre Moscou.

"Je suis certain que nous serons capables d'avoir une approche pragmatique afin d'avancer rapidement vers une interdiction des importations de pétrole venues de Russie. Nous devons arrêter le financement de la machine de guerre russe", souligne le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

Les dirigeants de l'UE devraient s'entendre sur une enveloppe de 9 milliards d'euros pour soutenir l'Ukraine. Mardi, les responsables se pencheront sur la question de la sécurité alimentaire et le transport des céréales bloquées en Ukraine par les forces russes.