Les brasseurs belges confrontés à une pénurie de bouteilles en verre

Des bouteilles de bière vides dans une usine d'embouteillage à Bruges, en Belgique.
Des bouteilles de bière vides dans une usine d'embouteillage à Bruges, en Belgique. Tous droits réservés Virginia Mayo/The Associated Press
Tous droits réservés Virginia Mayo/The Associated Press
Par Pedro SacaduraYolaine de Kerchove (traduction)
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La pénurie de bouteilles de bière affecte les brasseurs belges. Ils craignent de ne plus pouvoir répondre à la demande.

PUBLICITÉ

La hausse des coûts de production et les perturbations de la chaîne d'approvisionnement frappent les brasseurs belges.

Des entreprises comme la brasserie Huyghe, en Flandre, sont à court de bouteilles. L'approvisionnement russe est terminé. Elles doivent maintenant compter sur leurs réserves limitées.

"Il s'agit, pour l'essentiel, d'une bouteille de 33cl. Apo. Je sais que d'autres brasseurs travaillent avec la bouteille Steinie et pour plusieurs, c'est aussi un problème à venir. Il y a vraiment un gros problème pour nous, parce que nous faisons 87% d'exportations. Donc, ces bouteilles ne reviendront pas", déclare Alain de Laet, directeur-général à la brasserie Huyghe.

"Pour l'instant, cette brasserie, qui emploie 110 personnes, produit 250 mille hectolitres de bière par an (1hL=100L). Mais on craint que le chiffre d'affaires ne chute jusqu'à 20% si la crise se prolonge pendant l'été.", explique Pedro Sacadura, journaliste à Euronews.

Les prix du verre ont grimpé en flèche en raison de la hausse des coûts énergétiques, alors que les fabricants tentent d'augmenter leur production.

La canette, une alternative tout aussi fragile

Se tourner vers les canettes pourrait être une solution pour plusieurs brasseurs en manque de bouteilles en verre. Mais l'aluminium pose également des problèmes à l'échelle mondiale.

Les représentants de l'industrie brassicole affirment que les PME sont les plus susceptibles d'être affectées en raison de leur situation.

"Il est certain que cela affectera certains brasseurs plus que d'autres. Et cela dépend vraiment de la composition de leurs emballages. D'où viennent leurs approvisionnements ? Dans quel pays opèrent-ils ? S'agit-il d'un système de bouteilles consignées ? Remplissables ? L'entreprise exporte-t-elle beaucoup en dehors de l'Europe ? Il s'agit donc d'une question spécifique à chaque entreprise. Et je pense qu'il y aura potentiellement des répercussions sur les prix à la consommation. Mais aussi, je veux dire, certains produits pourraient devoir arrêter leur production.", prévient Simon Spillane, directeur des Affaires publiques pour Brewers of Europe.

C'est un nouveau coup dur pour le secteur européen de la bière, qui souffre déjà. Sur le continent européen, les brasseries créent plus de 2 millions d'emplois tout au long de la chaîne, du grain au verre. L'enjeu est donc de taille alors que l'économie européenne tente de se redresser à la suite de la pandémie de Covid-19.

Journaliste • Pedro Sacadura

Video editor • Vassilis Glynos

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le Canada et le Danemark mettent fin à la "guerre du whisky"

Coup de pression pour les brasseurs en France

L'UE lance une enquête sur les marchés publics des dispositifs médicaux en Chine