EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Comment promouvoir les stations de ski en dehors de l'hiver tout en protégeant la nature

En partenariat avec The European Commission
Comment promouvoir les stations de ski en dehors de l'hiver tout en protégeant la nature
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Aurora Velez
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Dans les Alpes, le domaine des Portes du Soleil mène un projet européen transfrontalier exemplaire pour valoriser ses atouts en toutes saisons tout en protégeant la nature. Son coordinateur nous en donne les éléments clés.

Des parcours gratuits de trail running ou de VTT et une meilleure protection de la nature, ce sont les principaux points forts d'un projet européen transfrontalier appelé "Renouveau estival des Portes du Soleil" qui vise à encourager la fréquentation en toutes saisons de ce domaine qui réunit douze stations de ski françaises et suisses.

Faciliter l'accès aux parcours de trail et VTT

"Les parcours sont effectivement gratuits et accessibles à tous," explique Benoît Cloirec, coordinateur des Portes du Soleil. "Dans certains circuits de trail, on peut emprunter des installations de remontées mécaniques," précise-t-il.

"La chance que nous avons, c'est que dans un programme Interreg précédent, dans les années 2009-2010, on a mis en place le Multi Pass, un produit qui permet d'avoir accès à un certain nombre de prestations et notamment des remontées mécaniques à un tarif de 2 euros par jour," indique-t-il.

Euronews
Les Portes du Soleil mettent en avant leurs sentiers de trail running sur leur nouvelle applicationEuronews

Observatoire de la faune et de la flore

"Dans ce projet, on retrouve du trail, du VTT à assistance électrique, mais aussi quelque chose qui est un peu moins perceptible par les clients : c'est un observatoire de la faune et de la flore qui nous permet de nous rendre compte de ce que l'on peut faire pour améliorer la saison d'été et surtout, de ce qu'il ne faut pas faire pour ne pas détruire l'écosystème," poursuit Benoît Cloirec.

"Il a fallu cet observatoire de la faune et de la flore pour se dire : Attention, là, il y a une espèce protégée, on ne peut peut-être pas y aller ou alors, il ne faut pas amener des clients là-bas," fait-il remarquer.

Journaliste • Aurora Velez

Partager cet article

À découvrir également

Courchevel-Méribel 2023 : la neige au rendez-vous pour les championnats du monde de ski alpin

Autriche : le lac gelé qui résiste aux températures plus élevées