Le Parlement européen adopte la nouvelle législation contre la déforestation

Une surface de forêt plus grande que l'UE a disparu entre 1990 et 2020
Une surface de forêt plus grande que l'UE a disparu entre 1990 et 2020 Tous droits réservés Leo Correa/Copyright 2019 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Leo Correa/Copyright 2019 The AP. All rights reserved.
Par Christopher Pitchers
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les eurodéputés ont validé mercredi un texte qui imposera aux entreprises de vérifier que certaines marchandises telles que l'huile de palme, le café, le soja ne proviennent pas de la déforestation.

PUBLICITÉ

L'Union européenne fait un pas de plus dans la lutte contre la destruction de biodiversité. Le Parlement européen a adopté mercredi une nouvelle législation qui interdira de vendre dans les Etats membres des marchandises issues de la déforestation.

Les entreprises devront prouver que les biens ne proviennent pas de terres déboisées à partir de 2021, que ce soit en Europe ou ailleurs dans le monde. Cette liste comprend : l'huile de palme, le café, le soja, le bois, le cacao, le bétail, le caoutchouc, le charbon et les produits en papier imprimé.

Pour le rapporteur du texte, cette nouvelle législation est une avancée significative.

"Nous perdons chaque année environ 10 millions d'hectares de forêts dans le monde et cet instrument va mettre un terme à cela, du moins à notre complicité dans cette déforestation, car nos étagères sont actuellement remplies de chocolat, de café, etc., de produits à base de soja qui contribuent massivement à la destruction des forêts", explique l’eurodéputé Christophe Hansen (PPE).

Une surface plus importante que l’UE a été déboisée entre 1990 et 2020. Selon les estimations, la consommation européenne est responsable d’environ 10% de ces pertes.

Les entreprises devront fournir aux autorités compétentes des informations pertinentes telles que les coordonnées de géolocalisation. Ces vérifications seront menées à partir d'outils de surveillance satellite. En cas de non-respect des règles, les sociétés pourront se voir infliger des amendes qui pourront atteindre jusqu’à 4% du chiffre d’affaires annuel total dans l'UE du fournisseur.

Les opposants au texte soulignent que ces mesures vont entraîner une augmentation des prix. Mais les Verts répondent que cette hausse ne se produira qu'à court terme.

"Cela peut avoir, bien sûr, un prix qui est ressenti par les consommateurs au début, mais en très peu de temps, cela changera la façon dont l'économie est structurée et alors le prix ne serait pas si élevé pour les gens. Il s'agira simplement d'une transition, d'un passage à un autre modèle", insiste l’eurodéputée Marie Toussaint.

Le respect des droits des peuples autochtones fait partie des exigences pour permettre la mise sur le marché d'un produit. Une fois le texte en vigueur, les entreprises auront 18 mois pour mettre en œuvre ces mesures. Les plus petites disposeront d’un délai plus long.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Jusqu'à 47 % de la forêt amazonienne serait menacée par le changement climatique et la déforestation

Face aux États-Unis et à la Chine, les dirigeants de l'UE appellent à un vaste accord sur la compétitivité

Comment fonctionnera le prochain Parlement européen ?