Le président polonais fait marche arrière sur une commission sur l'influence russe

Le président polonais Andrzej Duda et son homologue ukrainen Volodymyr Zelensky, le 5 avril 2023
Le président polonais Andrzej Duda et son homologue ukrainen Volodymyr Zelensky, le 5 avril 2023 Tous droits réservés Czarek Sokolowski/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Czarek Sokolowski/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par euronews avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le chef de l'Etat polonais a finalement déposé un amendement modifiant en profondeur la future commission sur l'influence russe, un comité très critiqué par Bruxelles et Washington.

PUBLICITÉ

Il a tenu bon, mais devant les pressions internationales, le président polonais a fini par jeter l'éponge.

Andrzej Duda a annoncé ce vendredi un amendement modifiant en profondeur une loi créant une commission sur l'influence russe, vivement critiquée par les Etats-Unis et l'Union européenne.

"Cela enlève beaucoup de controverses qui surgissent à son sujet", a déclaré Andrzej Duda quelques jours seulement après avoir signé ce texte, indiquant que sa proposition supprimait notamment les dispositions permettant d'interdire de facto à des personnes d'exercer des fonctions publiques pendant 10 ans.

La loi signée lundi avait provoqué de vives réactions aussi bien à Washington qu'à Bruxelles.

La Commission européenne et les Etats-Unis s'étaient dits "préoccupés" par la création de cette commission, le département d'Etat estimant que cette instance pourrait être utilisée de manière abusive pour interférer avec des élections libres et équitables en Pologne prévues à l'automne.

En Pologne, la commission a été qualifiée d'"anticonstitutionnelle" et "stalinienne" par l'opposition et nombre de juristes.

L'amendement que le président devait déposer vendredi prévoit notamment que la sanction initiale d'interdiction d'occuper des fonctions publiques pendant dix ans soit remplacée juste par un constat de la commission qu'une personne "agit sous l'influence russe" et qu'elle "ne garantit pas la bonne exécution des activités d'intérêt public".

Tout en soutenant la création de cette commission, le président a notamment indiqué que les neuf membres de la commission ne devraient pas être choisis par le Parlement.

Selon le pouvoir populiste polonais, une telle Commission est indispensable pour éliminer l'influence russe en Pologne, alliée fidèle de l'Ukraine attaquée par Moscou.

L'opposition qualifie ce projet de loi de "lex Tusk" (loi Tusk) du nom du chef de la principale formation de l'opposition centriste Plateforme civique (PO), Donald Tusk, ancien Premier ministre polonais dans les années 2007-2014 puis président du Conseil européen, bête noire du pouvoir en place.

Selon l'opposition, la future loi est destinée à compromettre les adversaires du pouvoir en place et empêcher Donald Tusk de remporter le scrutin d'automne.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'accolade du pape François à un Israélien et un Palestinien à Vérone

Des activistes du climat perturbent le trafic aérien à l'aéroport de Munich

L'assaillant du Premier ministre slovaque en détention, Robert Fico demeure dans un état grave