PUBLICITÉ

Les ONG demandent une révision des objectifs "insuffisants" de réduction des émissions de l'UE

Le règlement européen sur la répartition de l'effort (RPE) fixe des quotas d'émission pour les États membres dans des secteurs tels que l'agriculture et les transports.
Le règlement européen sur la répartition de l'effort (RPE) fixe des quotas d'émission pour les États membres dans des secteurs tels que l'agriculture et les transports. Tous droits réservés Michael Probst/Copyright 2022 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Michael Probst/Copyright 2022 The AP. All rights reserved
Par Mared Gwyn Jones
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Les quotas d'émission annuels fixés par la Commission européenne pour les Etats membres de l'UE manquent d'ambition et sont en infraction avec le droit européen de l'environnement, selon CAN Europe et le Global Legal Action Network (GLAN).

PUBLICITÉ

Les ONG ont demandé mercredi une révision de la Commission pour chaque capitale dans des secteurs tels que le transport routier, les bâtiments, l'agriculture, les déchets et les petites industries.

Elles affirment que les quotas et les ambitions climatiques globales de l'UE sont "alarmantes et décalées" par rapport aux objectifs définis par l’accord de Paris sur le climat et ne protègent pas les droits humains fondamentaux.

La demande concerne une récente mise à jour du "règlement sur la répartition de l'effort", qui fait partie d'un paquet législatif historique de l'UE visant à réduire d'ici 2030 de 55% les émissions de gaz à effet de serre dans l'UE.

Les quotas sont déterminés en fonction de la richesse des pays. Il a été révélé en début de semaine que l'Allemagne est susceptible de dépasser de 150 millions de tonnes ses objectifs en matière d'émissions.

"Notre avis est que le niveau actuel auquel ces allocations sont fixées est loin de l'action requise pour que l'UE contribue à sa juste part dans la réalisation de l'objectif de 1,5°C de l'accord de Paris", insiste Romain Didi, coordinateur des politiques de gouvernance climatique et de droits de l'homme pour CAN Europe.

"Si tous les pays du monde agissaient comme l'UE en termes d'ambition, nous assisterions à une augmentation catastrophique du réchauffement de trois degrés d'ici la fin du siècle".

"Nous avons besoin d'une plus grande ambition pour permettre des réductions d'émissions plus importantes à court terme et aller bien au-delà de l'objectif climatique actuel et insuffisant de l'UE pour 2030 de -55 % pour atteindre au moins des réductions d'émissions brutes de -65 % d'ici la fin de cette décennie", ajoute-t-il.

La Commission a déclaré à Euronews qu'elle prendrait en compte la demande de révision interne faite par les deux ONG, mais réfute l'allégation selon laquelle la décision de mise en œuvre est en violation avec les droits fondamentaux.

"La décision de la Commission remplit les obligations légales établies dans le règlement sur la répartition de l'effort, qui respecte les droits fondamentaux et observe les principes reconnus par la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne", répond un porte-parole de l’institution.

Cependant, CAN Europe et le GLAN contestent cette affirmation.

"De nombreux effets du changement climatique, tels que l'intensification des phénomènes météorologiques extrêmes, menacent en fait les droits humains fondamentaux des personnes au sein de l'UE et au-delà, en particulier les groupes qui sont déjà marginalisés ou plus vulnérables", explique Romain Didi. "En particulier, l'urgence climatique menace le droit à la vie, aux moyens de subsistance et à un environnement sain, et pèse lourdement sur notre santé physique et mentale".

La Commission doit maintenant adopter une décision de réexamen dans un délai de 16 semaines, avec une extension possible de 22 semaines. Cette réévaluation pourrait alors être contestée devant la Cour de justice de l'Union européenne.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Des goulets d'étranglement importants : L'UE a autant de panneaux solaires stockés qu'installés, selon un rapport

L’adhésion de la Moldavie à l’UE, "le plan stratégique le plus important" depuis son indépendance

L'UE est confrontée à un choix "difficile" entre le soutien à l'État de droit et le soutien à Israël (Borrell)