EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Vérification des déclarations de Vladimir Poutine lors de son interview avec Tucker Carlson

a
a Tous droits réservés (Gavriil Grigorov, Sputnik Pool Photo via AP)
Tous droits réservés (Gavriil Grigorov, Sputnik Pool Photo via AP)
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Cube s'intéresse de plus près à la désinformation qui entoure cette interview.

PUBLICITÉ

L'interview de Vladimir Poutine avec l'ancien animateur de Fox, Tucker Carlson, a fait la une des journaux du monde entier, mais pas pour les bonnes raisons.

Non seulement le président russe a répété des affirmations fausses sur sa guerre en Ukraine, mais un certain nombre d'autres fausses informations sur la manière dont Carlson a obtenu l'interview ont inondé les réseaux sociaux.

Dans cette interview controversée, le président Poutine a une nouvelle fois affirmé que c'était l'Ukraine qui avait déclenché la guerre et que la Russie souhaitait y mettre fin.

C'est faux.

La Russie a déclenché la guerre en 2014, lorsqu'elle a annexé la Crimée et a ensuite occupé des parties des régions ukrainiennes de Donetsk et de Louhansk.

La Russie a ensuite commencé son invasion à grande échelle de l'Ukraine en février 2022, malgré les déclarations de Poutine assurant qu'il ne prévoyait rien de tel.

Depuis lors, la Russie a ignoré les demandes de retrait de l'ONU et de la Cour internationale de justice.

L'Ukraine est un État souverain

Pendant les 30 premières minutes de l'entretien, Vladimir Poutine a présenté un argumentaire niant le statut d'État de l'Ukraine et affirmé que ce pays faisait historiquement partie de la Russie.

C'est un fait que l'Ukraine est un État souverain, reconnu par les membres des Nations unies, y compris la Russie elle-même. L'histoire séculaire de l'Ukraine est un fait historique établi.

Vladimir Poutine a également déclaré que le conflit était nécessaire pour "dénazifier" l'Ukraine, protéger les russophones, et que les Ukrainiens se considéraient toujours comme des Russes, ce qui est faux.

La nation ukrainienne se bat contre la Russie dans son ensemble, qu'il s'agisse des Ukrainiens ou des russophones. En fait, la plupart des russophones d'Ukraine ont adopté la langue ukrainienne.

L'Ukraine est fermement décidée à libérer tous les territoires occupés et à suivre sa propre voie, en rejetant toute ingérence russe.

Fausses déclarations de Tucker Carlson

Poutine n'était pas le seul à faire de fausses déclarations. Lors de l'annonce de l'interview, Tucker Carlson a déclaré qu'il était le seul journaliste occidental à avoir tenté de contacter le président russe depuis le début de l'invasion de l'Ukraine.

PUBLICITÉ

Ce n'est pas vrai.

Non seulement plusieurs journalistes ont déclaré que leurs demandes d'interview de Vladimir Poutine avaient été rejetées à plusieurs reprises, mais le Kremlin lui-même a réfuté cette affirmation.

Selon les médias russes, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré que Tucker Carlson se trompait et que le Kremlin recevait de nombreuses demandes d'entretien avec Vladimir Poutine.

Une autre fausse affirmation suggère qu’à la suite de l'interview, le journaliste américain a été placé sur la "liste des personnes à abattre" de l'Ukraine.

PUBLICITÉ

Des publications vues des millions de fois suggèrent que Carlson a été placé sur la liste des personnes à abattre de "Myrotvorets" à la suite de l'interview de Poutine.

La liste "Myrotvorets" est un projet indépendant qui vise à suivre les ennemis supposés de l'Ukraine. Bien que quelques personnes soient mortes après que leurs coordonnées ont été publiées sur la liste, il n'y a pas de lien prouvé entre les deux.

En outre, Carlson figurait sur la liste avant même l'interview et aucun appel à la violence n'a été lancé à son encontre.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Vladimir Poutine dit préférer Joe Biden à Donald Trump à la Maison Blanche

Le Cube : la Première dame ukrainienne a-t-elle acheté une Bugatti avec 4 millions d'euros d'aide ?

Le Cube : EURO 2024, les fake news se multiplient en marge de la compétition