EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

L'Union européenne célèbre le 20e anniversaire de l'élargissement du « Big Bang »

Des ballons bleus avec le slogan « Europa (Europe) » volent lors d'un événement de l'UE devant la porte de Brandebourg à Berlin, un jour avant l'élargissement de l'UE, le 30 avril 2004
Des ballons bleus avec le slogan « Europa (Europe) » volent lors d'un événement de l'UE devant la porte de Brandebourg à Berlin, un jour avant l'élargissement de l'UE, le 30 avril 2004 Tous droits réservés AP Photo/Jan Bauer
Tous droits réservés AP Photo/Jan Bauer
Par Laszlo SeresYolaine de Kerchove
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Un chercheur du CEPS a déclaré que le bloc avait prospéré dans l'ensemble, mais qu'il y avait eu « des obstacles sur la route ». Il a mis en garde contre la possibilité que plusieurs candidats actuels à l'UE transgressent les valeurs et les intérêts communs du bloc.

PUBLICITÉ

Le 1ᵉʳ mai 2004, les dirigeants de 10 nouveaux États membres de l'Union européenne ont présenté leurs drapeaux à Pat Cox, alors président du Parlement européen.

L'UE est passée de 15 à 25 états membres après avoir été rejointe par la Chypre, la République tchèque, l'Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, Malte, la Pologne, la Slovaquie et la Slovénie.

Le bloc comprend désormais 27 pays, la Croatie étant le plus récent ajout, en 2022. Le Royaume-Uni a choisi de partir à la suite du Brexit en juin 2016.

Les 10 États membres ont enregistré une augmentation de 20 % de leur population, et le territoire de l'UE a augmenté à peu près du même pourcentage.

Le PIB total a augmenté d'environ 9 %, tandis que le PIB par habitant a diminué.

Michael Emerson, chercheur associé au CEPS de Bruxelles, a déclaré que l'expansion avait des avantages économiques et sociétaux, mais moins dans le domaine politique.

« L'économie se porte très bien. Tous les nouveaux États membres ont connu une croissance plus rapide que tous les anciens États membres. La stabilité financière a été relativement bonne », a-t-il déclaré. « Du côté de la population, les mouvements migratoires entrants et sortants se sont déroulés de manière très libre et ordonnée. Maintenant, en ce qui concerne la politique, il y a quelques obstacles, également connus sous les noms de la Pologne et de la Hongrie, et peut-être de la Slovaquie. »

En 2017, la Commission européenne a engagé une procédure au titre de l'article 7 en réponse aux risques pour l'État de droit et les valeurs de l'UE en Pologne. Le Parlement européen a soutenu cette initiative dans une résolution en mars 2018.

Le Parlement a déclenché la procédure de l'article 7 pour la Hongrie en septembre 2018.

Le procureur général de Pologne, Adam Bodnar, a proposé une solution pour échapper à l'article 7, la procédure de l'UE visant à corriger les violations de l'État de droit
Le procureur général de Pologne, Adam Bodnar, a proposé une solution pour échapper à l'article 7, la procédure de l'UE visant à corriger les violations de l'État de droitCzarek Sokolowski/Copyright 2020 The AP. All rights reserved.

Plus tôt cette année, Adam Bodnar, procureur général polonais, a présenté un « plan d'action » lors d'une réunion des ministres des Affaires européennes à Bruxelles, composé de neuf projets de loi visant à rétablir l'indépendance de la justice.

Cette ouverture s'inscrit dans le cadre de la relance diplomatique menée par le Premier ministre Donald Tusk depuis son entrée en fonction en décembre.

La Pologne est soumise à l'article 7 depuis 2017 en raison de violations systématiques des valeurs fondamentales et de l'érosion continue de l'indépendance judiciaire.

La Hongrie est soumise à la première phase de l'article 7 depuis 2018 en raison du recul démocratique supervisé par le Premier ministre Viktor Orban, accusé d'avoir affaibli l'indépendance de la justice, perpétué le copinage, dilué le pluralisme des médias, abusé des pouvoirs d'urgence, adopté une législation anti-LGBT et entravé les droits d'asile.

Dans le même temps, d'autres pays européens font la queue pour y adhérer, neuf d'entre eux étant en lice en tant que pays candidats reconnus : la Serbie, le Monténégro, la Bosnie-Herzégovine, la Macédoine du Nord, l'Albanie, la Turquie, l'Ukraine, la Géorgie et la Moldavie.

Pour être accepté dans le groupe, chaque candidat doit s'efforcer de s'approprier les valeurs et les lois de l'UE.

L'année dernière, les six pays des Balkans occidentaux — les cinq pays candidats plus le Kosovo — ont reçu un plan de croissance et se sont vu offrir l'accès à certaines parties du marché unique de l'UE en échange de réformes substantielles, en guise de tremplin vers une adhésion à part entière à l'Union.

Lundi, le président du Conseil européen Charles Michel a déclaré que l'UE devait s'agrandir ou risquer de faire face à un « nouveau rideau de fer » le long de son flanc est.

Cette remarque intervient alors que la guerre entre la Russie et l'Ukraine, membre en attente, s'intensifie.

PUBLICITÉ

« Il serait extrêmement dangereux d'avoir un quartier instable en proie à un manque de prospérité ou de développement économique. Il est de notre intérêt commun, celui des pays candidats et de l'UE, de progresser, d'accélérer », a déclaré Charles Michel.

Michael Emerson a souligné qu'il est possible que ces nouveaux pays transgressent les valeurs et les intérêts du bloc.

« Pour les Balkans, cela peut se poursuivre avec des mécanismes de sauvegarde, je dirais, sur le plan politique. Bien entendu, l'Ukraine est un cas unique, très important, et nous ne savons pas comment la guerre va se terminer », a-t-il déclaré.

Plus tôt ce mois-ci, un sondage exclusif IPSOS/Euronews a révélé que 45 % des citoyens de l'UE sont favorables à l'adhésion de l'Ukraine au bloc, 35 % y sont ouvertement opposés et 20 % sont indécis.

L'État membre le plus opposé à l'adhésion de l'Ukraine est la Hongrie, où 54 % des personnes interrogées s'y opposent et 18 % y sont favorables.

PUBLICITÉ

Ce pays déchiré par la guerre et la Moldavie voisine ont présenté leur candidature pour devenir membres de l'UE quelques semaines après l'invasion à grande échelle de l'Ukraine par la Russie en février 2022 et ont obtenu le statut de candidat en un temps record.

L'UE a accepté d'entamer des négociations d'adhésion avec l'Ukraine fin 2023.

Le pays est tenu de renforcer la lutte contre la corruption, d'adopter une loi complète sur le lobbying et de finaliser la réforme du cadre juridique pour les minorités nationales.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Union européenne doit s'élargir ou faire face à un « nouveau rideau de fer », prévient Charles Michel

Les dirigeants de l'UE approuvent l'ouverture de négociations d'adhésion avec la Bosnie-Herzégovine

l'Union européenne sera "vulnérable" si elle ne s'élargit pas, selon la diplomatie allemande