EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

L'Union européenne doit s'élargir ou faire face à un « nouveau rideau de fer », prévient Charles Michel

Charles Michel, président du Conseil européen
Charles Michel, président du Conseil européen Tous droits réservés Dario Pignatelli/
Tous droits réservés Dario Pignatelli/
Par Mared Gwyn JonesYolaine de Kerchove
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

L'Union européenne doit s'élargir ou risquer de faire face à un « nouveau rideau de fer » le long de son flanc est, a déclaré lundi le président du Conseil européen Charles Michel alors que l'Union célèbre le 20ᵉ anniversaire de son plus grand élargissement jamais réalisé.

PUBLICITÉ

« L'élargissement est vital pour l'avenir de l'UE, car sans élargissement, [il y a] un risque de création d'un nouveau rideau de fer », a déclaré Charles Michel lors d'un entretien avec un groupe restreint de journalistes.

« Il serait extrêmement dangereux d'avoir un quartier instable en proie à un manque de prospérité ou de développement économique. Il est de notre intérêt commun, celui des pays candidats et de l'UE, de progresser, d'accélérer », a-t-il ajouté.

Sa sévère mise en garde intervient à l'occasion de l'anniversaire de ce que l'on a appelé l'élargissement du « big bang » de 2004, lorsque dix pays, dont sept anciennes républiques soviétiques ou États satellites, ont obtenu l'adhésion à l'UE.

Sans cette expansion historique, l'UE telle qu'elle est aujourd'hui serait divisée par un « rideau de fer de facto », a déclaré Charles Michel, ce qui signifie que les pays de l'Est auraient été la cible de « tentatives politiques et idéologiques du Kremlin pour les occuper ».

Neuf pays d'Europe de l'Est et des Balkans occidentaux attendent actuellement de devenir membres à part entière de l'UE. Le processus d'adhésion au bloc est notoirement long et complexe, les pays candidats étant tenus de répondre aux exigences strictes de l'UE, y compris d'importantes réformes judiciaires et constitutionnelles.

Alors que l'invasion non provoquée de l'Ukraine par la Russie a donné un nouvel élan à la politique d'élargissement latente de l'UE, les tentatives visant à accélérer le processus d'adhésion risquent d'être contrecarrées par des États membres plus sceptiques.

Les critiques affirment que les longs retards dans l'intégration des pays candidats suscitent un sentiment d'exaspération à l'égard de Bruxelles.

En décembre dernier, le Hongrois Viktor Orbán, dont le gouvernement assurera la présidence tournante semestrielle du Conseil de l'UE à partir de juillet, a menacé de suspendre à lui seul l'ouverture des négociations d'adhésion avec l'Ukraine en exerçant son droit de veto.

Charles Michel a toutefois minimisé les spéculations selon lesquelles une présidence hongroise combinée à une plus grande polarisation du Parlement européen après les élections pourrait encore entraver le parcours des pays candidats vers l'adhésion.

« Je suis convaincu que le prochain cycle institutionnel sera l'occasion de réaffirmer notre volonté politique commune d'élargir », a déclaré M. Michel.

À la question de savoir si le gouvernement hongrois pourrait faire échouer davantage l'adhésion de l'Ukraine en excluant la question de l'élargissement de l'ordre du jour du Conseil, Charles Michel a répondu : « Je ne suis pas du tout nerveux ».

« Je suis confiant parce que je pense que les dirigeants, donc la grande majorité d'entre eux, sont absolument convaincus que c'est important pour l'avenir », a-t-il également déclaré.

Charles Michel pense que la soi-disant « abstention constructive », notoirement utilisée par Viktor Orbán en décembre dernier lorsqu'il a quitté la salle alors que ses 26 collègues dirigeants approuvaient l'ouverture des négociations d'adhésion de l'Ukraine à l'UE, pourrait constituer un filet de sécurité pour des décisions similaires à l'avenir.

« Nous avons utilisé l'abstention constructive, qui donne la possibilité à un pays de dire : écoutez, je n'aime pas ça et je ne suis pas très à l'aise avec cette décision, et je fais connaître mon opinion, mais je ne veux pas bloquer la grande majorité des États membres. »

L'Ukraine a besoin d'une « transition spécifique »

L'intégration possible de l'Ukraine, le pays dévasté par la guerre dont le PIB par habitant est trois fois inférieur à celui de la Bulgarie, la plus petite économie de l'UE, fait craindre que l'adhésion de Kiev ne déstabilise la structure budgétaire du bloc et n'amène de nombreux pays de l'UE à passer du statut de bénéficiaires nets à celui de contributeurs nets.

Selon un récent rapport du think tank Bruegel, l'adhésion de ce pays déchiré par la guerre à l'UE se chiffrerait entre 110 et 136 milliards d'euros sur sept ans.

Charles Michel affirme que pour atténuer l'impact potentiel de l'adhésion de l'Ukraine sur l'économie de l'UE, le pays aurait besoin d'une « transition spécifique » basée sur un modèle qui n'est pas « dans le système » actuellement, notamment en raison du coût potentiel de sa reconstruction d'après-guerre.

Il a également déclaré que d'autres pays plus étroitement liés à l'économie du bloc pourraient être acceptés comme membres de l'UE avant la fin de cette décennie. Le président a déjà déclaré que l'UE devait faire ses devoirs, notamment mettre en œuvre les réformes nécessaires, afin d'être prête à s'élargir d'ici 2030 au plus tard.

PUBLICITÉ

Il a appelé le bloc à ne pas avoir « peur » de l'intégration de l'Ukraine, affirmant que ce pays serait un espace attrayant pour investir dans le cadre du marché unique.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'opinion publique est divisée sur l'élargissement de l'Union européenne

L'UE dit vouloir s'élargir. Mais pourquoi le processus s'est arrêté en premier lieu ?

L'UE donne son feu vert à un plan historique de restauration de la nature