EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Poutine affirme que le secteur de l'énergie est en bonne santé : Gazprom enregistre des pertes record

Le président russe Vladimir Poutine s'exprime lors d'une réunion sur le développement de l'industrie russe des carburants et de l'énergie au Kremlin à Moscou, le 20 mai 2024.
Le président russe Vladimir Poutine s'exprime lors d'une réunion sur le développement de l'industrie russe des carburants et de l'énergie au Kremlin à Moscou, le 20 mai 2024. Tous droits réservés Alexander Kazakov/Sputnik
Tous droits réservés Alexander Kazakov/Sputnik
Par Euronews avec AP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Au début du mois, l'Union européenne a entamé des discussions sur la prochaine série de sanctions à l'encontre de la Russie, qui visent pour la première fois le lucratif secteur gazier du pays.

PUBLICITÉ

Le président russe Vladimir Poutine a salué le développement du secteur énergétique de son pays lors d'une réunion avec des représentants du gouvernement.

Il a déclaré qu'en dépit des sanctions et de la volatilité des marchés mondiaux et régionaux de l'énergie, le secteur national des combustibles et de l'énergie de la Russie "se développait régulièrement".

"L'économie russe se développe, les besoins augmentent et le complexe énergétique et pétrolier y pourvoit", a-t-il déclaré aux ministres.

Poutine a indiqué que le volume de production de gaz avait augmenté de 8 % au cours des quatre premiers mois de l'année par rapport à 2023, tandis que les indicateurs de l'industrie pétrolière étaient "stables".

Des policiers inspectent le site de l'attaque de missiles russes dans la banlieue de Kharkiv, le 19 mai 2024.
Des policiers inspectent le site de l'attaque de missiles russes dans la banlieue de Kharkiv, le 19 mai 2024.Andrii Marienko/Copyright 2024 The AP. All rights reserved

Mais ces remarques interviennent le jour même où le gouvernement a demandé à l'entreprise gazière publique Gazprom de ne pas verser de dividendes aux actionnaires pour l'année dernière et où l'entreprise a annoncé sa première perte annuelle depuis 1999.

La société a annoncé des pertes d'environ 7 milliards de dollars pour 2023, qui seraient dues aux chutes de ventes de gaz à l'Europe depuis l'invasion de l'Ukraine.

Les importations européennes de pétrole russe ont chuté de 82 %, passant d'une moyenne mensuelle de 8,7 millions de tonnes au deuxième trimestre 2022, à seulement 1,6 million de tonnes au cours de la même période en 2023.

The European Commission on diversifying the bloc's energy sector away from Russia

L'UE a imposé des sanctions aux industries pétrolières et charbonnières russes dans le but d'étouffer la source principale de revenus de la Russie.

Depuis lors, l'Union européenne cherche à diversifier ses sources d'approvisionnement en énergie et à réduire sa dépendance à l'égard de l'énergie russe. Elle a notamment conclu de nouveaux accords avec des pays comme la Norvège, le Kazakhstan et l'Arabie saoudite.

Au début du mois, l'Union européenne avait entamé des discussions sur la prochaine série de sanctions, qui visaient pour la première fois le secteur gazier russe.

La proposition à l'étude brisait un tabou de longue date à Bruxelles, puisque le gaz russe avait été jusqu'à présent épargné par toute restriction, malgré les appels répétés de la Pologne, des pays baltes, des pays nordiques et, bien sûr, de l'Ukraine.

Le plan, conçu par la Commission européenne, ne prévoyait pas une interdiction totale des importations, comme l'Union l'avait fait précédemment pour le charbon et le pétrole.

Il visait plutôt à interdire les transbordements de gaz naturel liquéfié russe, c'est-à-dire la pratique consistant à réexporter vers d'autres pays le GNL qui arrive dans les ports de l'UE.

La Belgique, la France et l'Espagne sont les principaux points d'entrée du GNL russe.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les pays de l'UE entament des discussions en vue d'interdire les réexportations de GNL russe

L'UE se désengage du gaz russe malgré la hausse des importations de GNL

Les achats de GNL russe par l'UE ont augmenté de 40 % par rapport aux niveaux d'avant-guerre