Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Les promesses d'excellence du Grand Prix d'Horlogerie de Genève 2022

Access to the comments Discussion
Par Cyril Fourneris
Les promesses d'excellence du Grand Prix d'Horlogerie de Genève 2022
Tous droits réservés  euronews   -  

Dans le sport, il y a les Jeux olympiques, au cinéma, les Oscars et pour les montres, il y a le Grand Prix d'Horlogerie de Genève. Chaque année, cette compétition met en lumière les innovations du secteur et récompense ses plus éminents acteurs. Les montres et horloges en lice sont exposées depuis mardi dans la ville suisse, en amont de la très attendue cérémonie de remise des prix.

Le palmarès de cette 22ème édition sera annoncé le 10 novembre au Théâtre du Léman à Genève. 90 garde-temps sont en lice pour remporter l'un des 20 prix dont le prestigieux Grand Prix de l'Aiguille d'Or. Quelles sont les innovations mises au point par les horlogers ? Pour le savoir, nous nous rendons dans le Jura suisse, berceau de l'horlogerie de pointe.

Un patrimoine à réinventer

C'est dans les paisibles vallées de cette région que la maison Breitling, pionnière du chronographe moderne, a été fondée en 1884. Elle y fabrique environ 200 000 montres chaque année. La marque présente quatre pièces au Grand Prix dont deux nouvelles versions de l'emblématique Navitimer. La montre de plongée Superocean a également été redessinée par une nouvelle génération de designers, chargée d'emmener l'héritage de la marque vers le futur.

"Notre objectif est de réunifier l'ensemble de l'héritage Breitling et d'en extraire les pièces les plus iconiques pour pouvoir construire son portfolio actuel," précise Sylvain Berneron, directeur artistique de Breitling. "On est entourés de collectionneurs et d'historiens qui nous guident dans les méandres de ce qui a été fait : 140 ans d'histoire, c'est exceptionnel !" s'enthousiasme-t-il. "Donc on prend soin de sortir les pièces d'archives, de les comprendre, de les analyser, de les porter et une fois qu'on a compris l'ADN de la pièce, ainsi que les valeurs de Breitling, on peut commencer à dessiner en s'inscrivant dans la perspective de la marque," explique-t-il.

Au-delà du design, l'horloger s'est donnée une nouvelle mission : atteindre la neutralité carbone et privilégier les matériaux responsables. "Nous faisons reposer nos activités sur 5 piliers : le produit, la planète, les personnes, le progrès et la prospérité," indique Aurelia Figueroa, responsable du développement durable chez Breitling. "Ils illustrent les résultats de notre travail pour impliquer nos fournisseurs tout au long de la chaîne de valeur, pour nous attaquer réellement à nos impacts environnementaux en tant qu'entreprise et pour inciter nos équipes à agir en matière de durabilité," décrit-elle.

Euronews
90 montres et horloges sont en lice pour décrocher l'un des 20 prix du Grand Prix d'Horlogerie de GenèveEuronews

"Des perspectives de design disruptives"

Un peu plus loin, à La Chaux-de-Fonds, Mecque de l'horlogerie, une autre marque iconique : TAG Heuer. Fondée en 1860, elle compte aussi quatre pièces sélectionnées cette année comme le nouveau modèle Monaco, favori des amateurs de sports auto, ou l'Aquaracer Professional 1000 Superdiver avec laquelle on peut plonger à 1 000 mètres de profondeur. Des bijoux de précision technologique qui s'inscrivent dans l'ADN de l'entreprise.

"TAG signifie Technique d'Avant-Garde, donc l'avant-garde est partout, dans tous les services," souligne Maria Laffont, vice-présidente Design et produit chez TAG Heuer. "Là ou elle se traduit encore plus fortement," poursuit-elle, "c'est dans notre département dédié à l'innovation qui s'appelle l'Institut. Donc on imagine, on crée, on écrit l'innovation et toutes les étapes à venir pour la maison," déclare-t-elle. "À cet avant-garde, on allie toujours la recherche de la qualité, de la performance, des designs signatures et toujours, un esprit créatif," énumère-t-elle.

C'est dans ce fameux Institut qu'a été imaginée la Carrera Plasma. Pour cette montre, le carbone, cher à l'horloger, s'est fait diamant. Un diamant de synthèse, une première dans l'horlogerie. _"Il faut entre 1 et 3 milliards d'années à un diamant pour croître, mais celui-ci,on le fait croître en laboratoire,"_nous montre Carole Kasapi, directrice mouvements de TAG Heuer. "On obtient des pierres avec exactement les mêmes spécificités que le diamant naturel, mais obtenu de manière beaucoup plus rapide grâce à des technologies et cela nous ouvre des perspectives de design différentes et disruptives," assure-t-elle.

Un Grand Prix toujours plus international

Si toutes ces montres sont lauréates, c'est qu'elles ont été sélectionnées au fil d'étapes rigoureuses par les membres de l'Académie du GPHG, des centaines d'acteurs de la branche garants des valeurs du Grand Prix.

"2022, c'est aussi la consécration du système de l'académie avec 650 académiciens qui participent à l'entier processus de sélection, on l'a créé en 2020," rappelle Raymond Loretan, président de la Fondation du GPHG. "Aujourd'hui, on a 650 membres et je vise 1 000 membres en 2025," ajoute-t-il. "Ce qui nous a aussi permis de définir les principes institutionnels du Grand Prix, à savoir la neutralité et l'impartialité du mode de sélection, l'universalité - à savoir l'ouverture à toutes les montres du monde, pas seulement les Suisses - et enfin la solidarité, l'encouragement à l'égard de toutes les marques - même celles qui pensent qu'elles n'en ont pas besoin - à participer au Grand Prix," explique-t-il.

Le verdict est entre les mains des 30 membres du jury issus de cette académie. Il sera connu le 10 novembre à Genève.

Journaliste • Cyril Fourneris