EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Les voitures autonomes bientôt sur les routes du Royaume-Uni

L'image montre une voiture autopilotée. Le gouvernement britannique a indiqué qu'il introduirait une législation pour réglementer et développer l'industrie des véhicules autonomes.
L'image montre une voiture autopilotée. Le gouvernement britannique a indiqué qu'il introduirait une législation pour réglementer et développer l'industrie des véhicules autonomes. Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Euronews and AP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Le gouvernement du premier ministre britannique, Rishi Sunak, a fait part de son intention d'introduire une nouvelle législation pour développer et réglementer le secteur.

PUBLICITÉ

Le secteur des véhicules autonomes au Royaume-Uni a reçu mardi un coup de pouce du roi Charles III qui a indiqué "que de nouveaux cadres juridiques" seraient introduits pour soutenir cette industrie émergente. 

Peu de détails encore, mais les observateurs de l'industrie ont salué cette initiative qui vise à soutenir le développement commercial du secteur.

"Je pense que le diable sera dans les détails parce que, vous avez raison, c'est quelque chose dont on parle depuis longtemps", affirme Lisa Johnson, directrice des affaires publiques chez Starship Technologies, une start-up spécialisée dans la livraison autonome à domicile.

"Pour l'instant, nous entendons dire qu'il va y avoir une législation sur la conduite autonome, mais nous ne savons pas si elle va couvrir uniquement les gros véhicules routiers ou si elle va couvrir le genre de choses que fait Starship (Technologies), c'est-à-dire des robots à faible vitesse et à faible poids qui se déplacent sur la chaussée", ajoute-t-elle. 

Il existe six niveaux différents d'automatisation de la conduite, allant du tout manuel (0) au tout automatique (6), selon une échelle internationale établie par la Society of Automotive Engineers (SAE).

On pense que le nouveau cadre juridique ouvrira la voie à la conduite autonome de "niveau 4", qui permettrait d'utiliser des véhicules entièrement autopilotés dans des conditions spécifiques.

Le premier ministre britannique, Rishi Sunak, s'est montré désireux d'être compétitif dans le domaine des technologies de pointe à croissance rapide, que sont l'IA et l'automatisation, alors que le Royaume-Uni est accusé d'être à la traîne.

"Si d'autres pays de l'UE ou plus éloignés adoptent des lois qui facilitent l'investissement et le déploiement de cette technologie, il faudra prendre des décisions difficiles, si le Royaume-Uni ne suit pas le mouvement", souligne Lisa Johnson.

Elle reconnaît toutefois que la confiance du public dans le secteur est essentielle.

"Si vous êtes une entreprise comme Starship (Technologies)qui investit beaucoup de temps, d'énergie et d'efforts pour assurer votre sécurité, la dernière chose que vous voulez, c'est qu'une entreprise qui n'est pas aussi bonne, qui pense être meilleure qu'elle en matière d'autonomie, vienne et que cela ne fonctionne pas, car cela ferait reculer l'ensemble du secteur", confie-t-elle. 

"Il est difficile d'instaurer la confiance. C'est l'une des choses sur lesquelles nous devons vraiment nous concentrer en ce qui concerne la manière dont nous présentons les dispositifs et les véhicules autonomes au public", précise encore Lisa Johnson.

Le gouvernement britannique a souligné que la nouvelle législation garantira une responsabilité juridique claire pour déterminer qui est responsable en cas d'accident impliquant des voitures autonomes.

Pour en savoir plus sur cette histoire, regardez la vidéo dans le lecteur média ci-dessus.

Video editor • Aisling Ní Chúláin

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Renault Scenic E-Tech élue "Voiture de l'année" 2024

Rome : une ligne de métro sous le Colisée

L'Union européenne souhaite faciliter l'usage de la voiture électrique en Europe