EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Un modèle d'IA pourrait améliorer l'élimination des tumeurs lors des opérations du cancer du sein

Le modèle d'IA peut prédire si le tissu cancéreux a été entièrement enlevé lors d'une opération du cancer du sein.
Le modèle d'IA peut prédire si le tissu cancéreux a été entièrement enlevé lors d'une opération du cancer du sein. Tous droits réservés Canva
Tous droits réservés Canva
Par Oceane Duboust
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Une nouvelle étude montre qu'un modèle utilisant la technologie de l'intelligence artificielle (IA) peut détecter si toutes les cellules cancéreuses ont été enlevées lors d'une opération du cancer du sein.

PUBLICITÉ

Des chercheurs américains affirment avoir mis au point un nouveau modèle d'intelligence artificielle (IA) capable d'indiquer si les tissus cancéreux ont été entièrement retirés lors d'une opération du cancer du sein.

Selon eux, cela pourrait augmenter les chances que toutes les cellules cancéreuses soient enlevées et éviter aux patientes de subir plusieurs interventions.

Un processus plus rapide pour les patientes

Cela éviterait de devoir faire revenir les patientes pour une deuxième ou une troisième intervention chirurgicale.
Kristalyn Gallagher
Associate professor at UNC

Après qu'un chirurgien a retiré une tumeur cancéreuse et une petite quantité de tissu sain autour du cancer, le tissu est examiné à l'aide d'une mammographie et par des spécialistes.

Un pathologiste vérifiera si des cellules cancéreuses restent présentes sur le bord du tissu enlevé afin de déterminer s'il existe un risque que du tissu cancéreux subsiste dans le sein.

Selon les auteurs de l'étude de l'Université de Caroline du Nord (UNC), les tests du pathologiste peuvent prendre jusqu'à une semaine.

"Certains cancers sont palpables et visibles, mais nous ne pouvons pas voir les cellules cancéreuses microscopiques qui peuvent être présentes au bord du tissu enlevé. D'autres cancers sont totalement microscopiques", explique l'auteur principal, Kristalyn Gallagher, professeur associé à l'UNC.

"Cet outil d'IA nous permettrait d'analyser plus précisément les tumeurs retirées chirurgicalement en temps réel et d'augmenter les chances que toutes les cellules cancéreuses soient retirées au cours de l'opération. Cela éviterait de devoir faire revenir les patients pour une deuxième ou une troisième opération", ajoute-t-elle dans un communiqué.

Un modèle d'IA aussi performant que les humains

Le modèle d'IA des chercheurs fonctionne en s'entraînant sur une grande quantité de données - dans ce cas, des centaines d'images de mammographies et les rapports de pathologistes correspondants.

Finalement, le modèle a été capable de différencier les marges positives des marges négatives dans les images. Il s'est avéré aussi efficace que les humains "sinon plus", selon les chercheurs.

Les résultats ont été publiés dans la revue Annals of Surgical Oncology.

"C'est comme si l'on mettait une couche supplémentaire de soutien dans les hôpitaux qui n'auraient peut-être pas cette expertise facilement disponible", explique Shawn Gomez, coauteur et professeur d'ingénierie biomédicale et de pharmacologie.

"Au lieu d'avoir à deviner, les chirurgiens pourraient bénéficier du soutien d'un modèle formé sur des centaines ou des milliers d'images et obtenir un retour immédiat sur leur opération afin de prendre une décision plus éclairée", précise-t-il.

Selon Cancer Research UK, la plupart des traitements du cancer du sein commencent par une intervention chirurgicale.

D'autres essais sont nécessaires avant que le modèle puisse être utilisé "cliniquement", mais après cela, il pourrait être utile pour les hôpitaux disposant de moins de ressources, ont déclaré les chercheurs.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une femme en rémission suite à un cancer de l'intestin après 6 mois de traitement

L'âge des individus désormais estimée par l'intelligence artificielle

Selon une nouvelle étude, 40 % des cas de cancer sont liés à des facteurs évitables