This content is not available in your region

Les voyages à l'étranger seront-ils affectés par l'invasion de l'Ukraine cet été?

Un avion à l'aéroport de Paris Charles de Gaulle.
Un avion à l'aéroport de Paris Charles de Gaulle.   -   Tous droits réservés  Getty Images
Par Lottie Limb  & Alixan Lavorel

Les yeux du monde entier étant rivés sur l'Ukraine, il n'est pas surprenant que les agences de voyage aient constaté un ralentissement des ventes pour la première fois cette année.

"Le conflit pourrait ajouter beaucoup de pression à un environnement économique déjà difficile et peser sur la demande de voyages en 2022", indique l'Organisation mondiale du tourisme des Nations unies (OMT) à Euronews Travel. La récente flambée des prix du pétrole et ses effets néfastes sur les économies, "pourraient se traduire par une hausse des prix du transport et de l'hébergement, des pénuries d'approvisionnement, et menacer la demande des consommateurs et les plans d'investissement."

Face à une guerre en Europe, le prisme de vacances perdues peut paraître dérisoire mais pour des pays comme Chypre et les Seychelles, où le tourisme est l'un des principaux piliers économiques, l'impact sur les populations est une véritable source d'inquiétude - surtout pour le troisième été consécutif, depuis le début de la crise sanitaire mondiale.

Ceux qui ont mis en suspens leurs voyages longue distance pendant la pandémie sont sans doute impatients de repartir en avion, en train et en bateau. Mais quel impact le conflit pourrait-il avoir sur ces projets de voyage ?

Moins de touristes américains en Europe cet été ?

Cecilia Fabiano/LaPresse via AP
Des touristes se pressent devant la fontaine de Trevi, à Rome, l'été dernier.Cecilia Fabiano/LaPresse via AP

Inquiets du déclenchement de la guerre, certains touristes américains pourraient décider d'éviter complètement l'Europe.

"Les marchés américain et asiatique, qui commencent à s'ouvrir et ont tendance à être plus réfractaires au risque, pourraient être particulièrement affectés en ce qui concerne les voyages en général et vers l'Europe en particulier", indique l'OMT.

Les voyages entre l'Europe et l'Asie seront également affectés par le fait que la plupart des compagnies aériennes européennes devront contourner l'espace aérien russe.

L'Europe de l'Est reste sûre pour les voyageurs, selon l'AESA

L'AESA est l'agence européenne chargée de veiller à la sécurité aérienne des passagers. Elle a publié un "bulletin d'information sur les zones de conflit" (CZIB) le 24 février, immédiatement après l'invasion, pour avertir les compagnies aériennes de ne pas survoler l'Ukraine, ainsi que certaines parties de la Moldavie, du Belarus et de la Russie.

Des semaines plus tard, cette zone à risque n'a pas été étendue, ce qui signifie qu'il n'y a aucun danger pour les passagers se rendant dans les pays voisins (Pologne, Slovaquie, Roumanie, Estonie, Lettonie, Lituanie et Turquie).

Malgré cela, des rapports font état d'une baisse des ventes de produits touristiques dans les pays d'Europe de l'Est. Advantage Travel Partnership (le plus grand groupe de voyages indépendant du Royaume-Uni) a vu les réservations pour la Turquie chuter de 23 % d'une semaine à l'autre, rapporte Travel Weekly.

Protection des touristes par l'ONU

Dans une interview récente, Paula Nuttall, directrice générale de Holiday Village, a posé la question suivante : "Si la guerre se poursuit, certaines personnes seraient-elles prêtes à perdre un acompte de 60 livres sterling sur des vacances ?"

Les craintes de perdre de l'argent sont une autre raison pour laquelle certains hésitent ou remettent à plus tard leurs projets de voyage en ce moment.

Mais une directive issue de la pandémie devrait offrir un filet de sécurité en ces temps troublés. En décembre 2021, l'organe de l'ONU chargé du tourisme a approuvé un Code international pour la protection des touristes, qui fixe des normes minimales pour leur protection et leurs droits dans les situations d'urgence.

Les touristes ont droit à un remboursement intégral des voyages annulés en vertu de ces nouvelles directives, soutenues par plus de 100 États membres.

Article traduit de l'anglais