PUBLICITÉ

#AskReding : les utilisateurs d'e-cigarettes à l'offensive

#AskReding : les utilisateurs d'e-cigarettes à l'offensive
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
PUBLICITÉ

Les utilisateurs de la e-cigarette sont très remontés contre la directive Tabac approuvée en décembre dernier par le Conseil de l’Union européenne.

Ils l’ont fait savoir à la vice-présidente de la Commission européenne Viviane Reding hier soir à l’occasion du Google+ Hangout qui a suivi notre interview avec Mme Reding-. Depuis des jours, des vapoteurs nous interpellaient, ainsi que Viviane Reding, sur Twitter avec les hashtags #AskReding, #Eudeb8 et #ecigs. L’un d’entre eux, représentant le Collectif des utilisateurs des cigarettes électroniques, a pu poser directement sa question à la vice-présidente de la Commission.

Martin, développeur de programmes informatiques aux Pays-Bas, se désole que les e-cigarettes qu’il utilise seront bientôt interdites et que seules certaines seront autorisées : « les citoyens ont-ils été consultés lorsque cette loi sur les e-cigarettes a été votée ? » a-t-il demandé. Viviane Reding a alors rappelé qu’il n’était pas question d’interdire les e-cigarettes mais que la classification de ces produits comme étant pharmaceutiques ou de consommation courante était du ressort des Etats membres, estimant qu’« il y a beaucoup de fumée sur la vérité » concernant ces e-cigarettes.

Martin indique que son collectif a lu attentivement le texte de la directive tabac, et selon ses adhérents, les cigarettes électroniques de deuxième et troisième génération deviendrait hors-la-loi, les nouvelles restrictions interdisant de fait les grosses e-cigarettes.

« Peut-être Martin en sait plus que moi » répond avec un sourire Viviane Reding, ajoutant « la seule chose que je sais c’est que l’Union européenne n’interdira pas les e-cigarettes ». Selon elle, la confusion vient des discussions en cours entre le Parlement et le Conseil sur le niveau de nicotine dans les recharges en-dessous duquel les cigarettes électroniques seront bien vendues comme des produits de consommation courantes. Le choix de les vendre comme produit pharmaceutiques reste du ressort des Etats membres.

Pendant cet échange, le collectif était clairement mobilisé sur Twitter. Quelques dizaines d’entre eux se sont relayés toute la soirée pour tweeter intensément en utilisant les hashtags déjà cités. Ils avaient manifestement un paquet de messages tout prêts à être envoyés. Tous ont donc posté des tweets tout prêts, parfois plusieurs fois, tout au long de la soirée, se retweetant mutuellement. En anglais, français, allemand et espagnol, ces messages étaient des questions directes aussi bien que des revendications.

#AskReding Doctores y Científicos creen que los #ecig están sobrelegislados en la TDP. Por favor responda en #EUdeb8

— Oscar Ryan (@OscarRyan64) January 16, 2014

#AskReding the number of Doctors and Scientists who believe that #ecig over-regulation in TPD is unfounded, care to answer in #eudeb8

— Alberto patiño Rios (@Patinium73) January 16, 2014

Un « bombardement » revendiqué :

Tous ensembles ce soir de 19h 45 à 20h 45, liberons la vape et twittbombons! #ecigs#AskReding#Eudeb8

— DameGardane (@DameGardane) January 16, 2014

Le texte concernant les e-cigarettes avait fait débat au Parlement européen. Sous la pression des utilisateurs et vendeurs de cigarettes électroniques, le Parlement avait fait passer les e-cigarettes d’un produit pharmaceutique à un produit de consommation courante.

Les Etats membres restent libres de choisir de les réguler comme produits pharmaceutiques. Si trois Etats membre font ce choix, alors la Commission peut alors décider d’étendre cette régulation à l’ensemble des Etats membres.

Elles demeurent pourtant dans la directive Tabac : elles sont donc bien des produits dérivés du tabac. Des restrictions sont appliquées : les recharges notamment ne peuvent dépasser 20mg / ml par recharge.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'abstention et le manque de connaissances sur l'UE seront le test des élections européennes au Portugal

Géorgie : la "Commission de Venise" apelle au retrait de la "loi russe"

La présidente géorgienne a mis son veto à la "loi russe", "un sabotage de notre voie européenne"