EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Costa Concordia : retour sur la nuit du 13 janvier

Costa Concordia : retour sur la nuit du 13 janvier
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

La nuit du 13 janvier 2012, vers 21 heures, le Costa Concordia approche de l‘île de Giglio pour saluer ses 800 habitants à coups de sirène. Aux

PUBLICITÉ

La nuit du 13 janvier 2012, vers 21 heures, le Costa Concordia approche de l‘île de Giglio pour saluer ses 800 habitants à coups de sirène. Aux commandes du navire de croisière, le capitaine Francesco Schettino. C’est lui qui ordonne la déviation du navire, non autorisée, de sa route.

Résultat : à 21h40 le navire heurte un rocher ouvrant une voie d’eau. A bord, plus de 4 200 personnes et un message rassurant évoque une panne électrique, alors que le navire commence à chavirer. Sur le pont, c’est la confusion entre le capitaine et l‘équipage, comme le montre cette vidéo tournée dans l’heure qui suit le choc :

Un officier : “Commandant, les passagers montent dans les canots de sauvetage spontanément”
Schettino : “Ok, qu’ils aillent à terre.”
L’officier : “Lançons-nous le signal général d’urgence?.”
Schettino: “Attendez, attendez.”
L’officier : “Signal d’urgence…”
Schettino : “Abandonnons le navire. Abandonner le navire!”

L’alerte n’est donnée qu’une heure après le choc. L‘évacuation de plus de 4 200 personnes se fait dans le chaos, il n’y a pas assez de canots de sauvetage et des passagers se jettent à l’eau en pleine nuit.

Or, sur cette vidéo prise par les pompiers, le capitaine Schettino est en train d’abandoner le navire pour monter sur une chaloupe de sauvetage alors qu’il reste de centaines de personnes à bord.

Et puis suit cet échange hoûleux, où le capitaine des Garde-Côtes, Gregorio di Falco somme Schettino : “Vous allez à bord. C’est un ordre. Vous avez déclaré l’abandon du navire, maintenant, c’est moi qui commande. Vous allez à bord! “

Schettino, devenu le “capitaine couard” pour l’opinion, a toujours minimisé ses responsabilités, renvoyant la faute à son équipage qui l’aurait mal informé. Il a aussi attribué “à la gravité terrestre” son abandon précipité du navire.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’opposition italienne dans la rue pour dénoncer les réformes de Meloni

No Comment : Naples, le Vesuve, la mer, et surtout sa pizza !

Italie : L'immigration au cœur du débat des Européennes