PUBLICITÉ

Immigration : la fuite désespérée des Kosovars

Immigration : la fuite désespérée des Kosovars
Tous droits réservés 
Par Laurence Alexandrowicz avec Reuters, Eurovision
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

50 000 Kosovars ont quitté leur pays en deux mois, fuyant la pauvreté. Un phénomène inquiétant pour les pays voisins.

PUBLICITÉ

La tragédie humaine de l‘émigration de plus en plus criante au Kosovo. Nous sommes à Pristina, la capitale, des centaines de personnes tentent de monter dans un bus de nuit pour Belgrade, en Serbie. Depuis peu, les Kosovars peuvent entrer en Serbie sans passeport, un pays qui se trouve à une frontière de la Hongrie, porte d’entrée dans l’UE. Le nombre de Kosovars fuyant la pauvreté et le chômage a explosé, 50 000 sont partis en deux mois. En janvier 13 000 ont demandé l’asile en Hongrie. Mais cette fuite désespérée se termine parfois dans une voiture de police à la frontière serbo-hongroise.
Le Kosovo est l’un des pays d’Europe les plus sinistrés. Un tiers des 1,7 million d’habitants sont au chômage et environ 40% vivent dans la pauvreté.

L’Allemagne est l’une des destinations préférée des migrants. Après les Syriens, les Kosovars sont les demandeurs d’asile les plus nombreux. Mais Berlin rejette plus de 99% de ces demandes, et pour stopper le flux, a déployé cette semaine une vingtaine de policiers à la frontière entre la Hongrie et la Serbie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'interdiction du dinar serbe au Kosovo réveille les tensions

Le Kosovo suspend l’interdiction des transactions en dinars serbes

Kosovo : une semaine après la mort d'un policier, la tension reste palpable