EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Ukraine : Faible lueur d'espoir pour le cessez-le-feu

Ukraine : Faible lueur d'espoir pour le cessez-le-feu
Tous droits réservés 
Par Euronews avec REUTERS
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Le cessez-le-feu semblait enfin tenir hier, plus de 10 jours après l’entrée en vigueur du second volet des accords de Minsk. Une journée sans victime

PUBLICITÉ

Le cessez-le-feu semblait enfin tenir hier, plus de 10 jours après l’entrée en vigueur du second volet des accords de Minsk. Une journée sans victime dans ce conflit qui a déjà fait 5 800 morts en dix mois. Les loyalistes ont fait état d’une “baisse considérable” des tirs rebelles.

“Il y a eu des combats tous les jours. Nos troupes ont été attaquées. C’est pour cela que nous n’avons pas retiré les armes lourdes. Nous verrons si le cessez-le-feu est respecté, comme ce fut le cas ce mercredi. Nous pourrons alors évoquer un retrait”, précise le commandant de la garde nationale ukrainienne Victor Sherdluh.Idem à Donetsk, l’un des bastions des séparatistes pro-russes. Des séparatistes que Kiev soupçonne de vouloir s’emparer du port stratégique de Marioupol pour créer un pont avec la Crimée. Les rebelles, eux, affirment vouloir se plier aux accords de paix.

“Si les forces ukrainiennes ne nous prennent pas à partie, nous leur rendrons les corps de leurs hommes pour qu’ils puissent les enterrer. Ces hommes se sont battus ici. Je ne sais pas pourquoi. Ils ont suivi les ordres de leur président (Petro Poroshenko). Nous sommes tous des soldats. Nous respectons notre ennemi”, insiste Mikhaïl Tolstykh, commandant rebelle pro-russes.

Les accords de paix signés le 12 février prévoient un retrait des armes lourdes dans les deux camps pour créer une zone tampon. Un retrait qui est loin d‘être terminé.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le Kremlin aurait-il planifié l'annexion de la Crimée ?

Nouvelles démonstrations de force du Kremlin et de l'OTAN dans les pays baltes

Ukraine : non-livraison de gaz au Donbass, un début de "génocide" selon Poutine