Manifestations pro et anti-migrants du côté britannique du tunnel

Manifestations pro et anti-migrants du côté britannique du tunnel
Par Cecile Mathy avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des défenseurs des droits des migrants et des partisans d'extrême-droite ont manifesté, face à face, à Folkestone, au niveau de l'entrée britannique du tunnel sous la Manche.

PUBLICITÉ

A Folkestone, du côté anglais du tunnel, les avis étaient partagés ce samedi.

Deux manifestations ont eu lieu.

Des partisans d’un groupe d’extrême-droite, Union Jack et croix de Saint-Georges en étendard, ont fait face à d’autres Britanniques souhaitant exprimer leur soutien aux clandestins.

“Stop aux morts dans le tunnel”,pouvait-on lire sur les pancartes de ces défenseurs des droits des migrants.

“La Grande-Bretagne ne joue pas le jeu en n’accueillant pas son quota de demandeurs d’asile et de réfugiés.
Je crois que c’est une terrible réponse adressée à tous ceux qui tentent de traverser le tunnel et je voulais juste manifester mon indignation”,estime une manifestante.

Une trentaine de contre-manifestants en ont, eux, appelé à l’armée pour juguler le flux de migrants : un scénario répété à l’envi dans les tabloïds britanniques ces derniers jours.

“Nous ne tolérons pas l’immigration incontrôlée. L’immigration, oui, mais une immigration encadrée. Oui à ceux qui viennent dans notre pays, éduqués, parlant anglais et ayant des compétences leur permettant de travailler. S’ils travaillent dans notre pays, ils peuvent payer des impôts dans notre pays”, dit un homme, le visage masqué par un drapeau de l’Angleterre.

Reste que la Grande-Bretagne garde un très fort pouvoir d’attraction sur les migrants qui maîtrisent le plus souvent l’anglais.

En l’absence de carte d’identité dans le pays, le travail au noir y est aussi plus accessible que dans d’autres pays européens.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le prince William appelle à la cessation des combats à Gaza dès que possible

Extradition de Julian Assange : la justice britannique doit bientôt trancher

Sondage : les Européens partagés sur la question des Îles Malouines