EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

F. Timmermans (CE) : "Je ferais la même chose en tant que père, si j'y étais forcé"

F. Timmermans (CE) : "Je ferais la même chose en tant que père, si j'y étais forcé"
Tous droits réservés 
Par Pierre Assémat avec Stefan Grobe
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Euronews a rencontré le premier Vice-président de la Commission européenne, Frans Timmerman, lors de son passage à New-York. L’occasion d‘évoquer la

PUBLICITÉ

Euronews a rencontré le premier Vice-président de la Commission européenne, Frans Timmerman, lors de son passage à New-York. L’occasion d‘évoquer la question sensible des migrations.

Frans Timmermans, Premier vice-président de la Commission européenne :
“J’ai parlé à des familles de réfugiés sur l‘île de Kos en Grèce, et l’un m’a dit : ‘nous vivions dans un camp de réfugiés au Liban, ça se passait bien, mais après deux ans, je n’avais plus d’argent, toutes mes économies s‘étaient envolées. Je veux nourrir mes enfants. Je ne peux pas le faire ici, c’est pourquoi je veux les emmener en Allemagne, là-bas, je pourrais les nourrir.’ Feriez-vous les choses différemment ? Je ferais la même chose en tant que père, si j’y étais forcé, vous savez.”

Stefan Grobe, euronews :
Selon le département américain de la sécurité près de 4 000 militants islamistes auraient infiltré le territoire européen déguisés en réfugiés. Est-ce plus ou moins vrai ? Craignez-vous un niveau de menace terroriste plus élevée en Europe ?

Frans Timmermans, Premier vice-président de la Commission européenne :
“Je ne connais pas ce chiffre, je ne connais ce rapport, je ne suis donc pas en position pour le commenter. Mais il semble raisonnable de penser que si des gens viennent en Europe, alors il peut aussi y avoir des criminels dans flux, et peut être même des terroristes.”

Global Conversation, à découvrir sur euronews mercredi soir.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Crise syrienne : 1,8 milliards pour venir en aide aux agences humanitaires de l'ONU

Asile : l'Allemagne durcit les règles mais maintient les aides

Quatre idées reçues sur les réfugiés