EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

France : la polémique Le Pen - Bourdin - Daesh

France : la polémique Le Pen - Bourdin - Daesh
Tous droits réservés 
Par Olivier Peguy avec avec agences
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En France, Marine Le Pen a retiré de son compte Twitter ce jeudi l’une des photos au cœur d’une polémique. Tout a commencé mercredi sur une radio

PUBLICITÉ

En France, Marine Le Pen a retiré de son compte Twitter ce jeudi l’une des photos au cœur d’une polémique.

Tout a commencé mercredi sur une radio privée, RMC. Le journaliste Jean-Jacques Bourdin interviewe un spécialiste du monde arabe, et parle de repli identitaire, évoquant le Front national et le groupe djihadiste Etat islamique.

>> Ré-écouter l’interview ici

Aussitôt, la présidente du FN dénonce le “parallèle” effectué, selon elle, par le journaliste. Et elle publie trois photos d’exactions commises par l’Etat islamique, avec ce message : “Daesh, c’est ça“. L’une des trois photos est celle du corps décapité du journaliste américain James Foley.

Réaction de la famille Foley

La famille de Foley réagit alors, se disant très “choquée par l’utilisation de cette photo pour le bénéfice politique de Le Pen“, et demande le retrait immédiat des trois clichés.

Affaire Le Pen: la famille Foley demande le retrait immédiat par MLP_officiel</a> de l&#39;image de leur fils assassiné. <a href="https://t.co/bHpcZBXTdJ">pic.twitter.com/bHpcZBXTdJ</a></p>&mdash; Nicolas Henin ﺡ ✒️ (nhenin75) 16 Décembre 2015

Ce jeudi, Marine Le Pen a fait retirer la photo du corps de James Foley mais pas les deux autres.

Parallèlement, le parquet de Nanterre a ouvert une enquête pour “diffusion d’images violentes”.

Cette affaire intervient quelques jours après les élections régionales. Un scrutin qui a vu le parti de Marine Le Pen accroître son influence dans le paysage politique français, même s’il n’a décroché aucune région (voir ici).

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

France : la canicule désormais considérée comme un motif de chômage technique

France : le puzzle des solutions possibles après l'impasse des législatives

Législatives 2024 : le Rassemblement national en tête, mais sans majorité absolue