PUBLICITÉ

Le lobby des armes riposte aux décrets de Barack Obama

Le lobby des armes riposte aux décrets de Barack Obama
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Beaucoup voient dans les mesures annoncées par le président américain une atteinte au deuxième amendement de la Constitution.

PUBLICITÉ

Sans surprise, les opposants au contrôle des armes n’ont pas tardé à dénoncer les mesures de Barack Obama. Beaucoup y voient une atteinte au deuxième amendement de la Constitution, qui garantit pour tout citoyen américain le droit de porter des armes à feu.

D’autres jugent les décrets présidentiels illégaux. C’est le cas Larry Pratt. Il est à la tête de “Gun Owners of America”, la deuxième organisation pro-armes des États-Unis, derrière la NRA : “Les décrets sont une usurpation du pouvoir, ils ne sont pas acceptables au regard de la Constitution, dit-il. Le président américain ne peut pas légiférer de la sorte. Il ne clarifie pas une imprécision de la loi. Il ajoute des détails à une loi qui contient déjà des détails.”

Pour Larry Pratt, les mesures annoncées par Barack Obama devraient profiter aux républicains à la prochaine présidentielle : “Le Président, et par extension, les démocrates, sont en train de faire une énorme erreur, mais je ne voudrais pas essayer de trop les retenir. A chaque fois que les démocrates s’impliquent sur le contrôle des armes, cela leur coûte un bras et une jambe. Et s’ils veulent se présenter à l‘élection de 2016 comme les champions du contrôle des armes, eh bien qu’ils s’amusent.”

La question du contrôle des armes n’a pas fini d’alimenter les débats aux Etats-Unis. Les principaux leaders républicains sont tous allés de leur petite phrase pour critiquer l’initiative du président Obama. Jeb Bush, notamment, à évoquer des mesures ‘‘inutiles’.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Obama annonce des décrets pour durcir les contrôles sur les ventes d'armes

Le président américain a qualifié le Japon et l'Inde de nations "xénophobes"

La police déloge des étudiants propalestiniens de l'université de Columbia