EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Australie : la justice renvoie les migrants dans le cauchemar des camps de rétention

Australie : la justice renvoie les migrants dans le cauchemar des camps de rétention
Tous droits réservés 
Par Laurence Alexandrowicz avec REUTERS, APTN
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Haute cour de justice autorise le renvoi de centaines de migrants dans un camp de rétention au milieu du Pacifique.

PUBLICITÉ

L’Australie durcit sa politique migratoire. Plus de 260 demandeurs d’asile vont être renvoyés du pays, et rejoindre ce camp installé sur l‘île de Nauru. Cette minuscule République de l’océan Pacifique héberge les migrants de l’Australie.

La justice a refusé ce matin à une Bangladaise qui a accouché en Australie le droit de rester dans le pays.
“La loi est une chose, la morale en est une autre, s’indigne Daniel Webb, son avocat. C’est fondamentalement mauvais de condamner ces gens à une vie terrible dans une île minuscule : un trait de stylo, c’est tout ce qu’il faudrait pour que le premier ministre ou le ministre de l’Immigration fassent un beau geste.”

Parmi les personnes renvoyées à Nauru, il y a une centaine de bébés et enfants, dont un garçon de 5 ans, qui aurait été violé dans l‘île. Mais le Premier ministre reste ferme :
“Ca ne fait aucun doute, maintient Malcolm Turnbull. Si nous voulons assurer la sécurité de nos frontières, si nous voulons que les gens cessent de se noyer en mer, si nous voulons continuer à permettre l’arrivée de Syriens, 12,000 réfugiés en plus issus de minorités persécutées, alors nous devons permettre une protection forte de nos frontières et le gouvernement va s’y employer fermement.”

L’Australie mène une politique d’immigration très dure : les bateaux de migrants sont refoulés en haute mer et ceux qui réussissent malgré tout sont placés dans trois camps de rétention sur des îles éloignées.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Julian Assange désormais libre est rentré en Australie

No Comment. Le premier ministre chinois chez les pandas géants prêtés par la Chine à l'Australie

Pays-Bas : les condamnations tombent pour le meurtre du journaliste Peter R. de Vries