Migrants : les manifestations interdites à Calais

Migrants : les manifestations interdites à Calais
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L‘État français réagit après les récents incidents liés au camp de migrants à Calais. Le ministre de l’Intérieur, qui recevait ce mercredi les élus

PUBLICITÉ

L‘État français réagit après les récents incidents liés au camp de migrants à Calais. Le ministre de l’Intérieur, qui recevait ce mercredi les élus locaux, a décidé d’interdire toutes manifestations, dont celle que devait organiser ce week-end le mouvement islamophobe Pegida. Il y a une dizaine de jours, un rassemblement en faveur, cette fois, des réfugiés avait généré.

“Compte tenu de ces manifestations et des troubles très graves qu’elles ont occasionné, j’ai demandé à la préfète du Pas-de-Calais de procéder à l’interdiction de toutes les manifestations, quels que soient leurs organisateurs, qui sont susceptibles d’organiser des troubles à l’ordre public’‘, a déclaré Bernard Cazeneuve.

A #Calais, il faut mettre hors d'état de nuire les NoBorders qui poussent les migrants à agresser les #CRS. franceinfo</a></p>&mdash; Xavier Bertrand (xavierbertrand) 3 Février 2016

La “jungle” de Calais, ce vaste bidonville, accueille près de 4.000 migrants dans des conditions insalubres. Ils rêvent pour la plupart de rejoindre l’Angleterre. Et ce jour-ci, ce sont des Anglais qui sont venus jusqu‘à eux. Une compagnie de théâtre britannique a joué dans le camp “Hamlet” de Shakespeare. Un spectacle qui a réchauffé les cœurs, même si certains sont restés sans voix…

Réfugiés: «Calais, c'est pire que les camps au Moyen-Orient» https://t.co/CiHXcIsMPcpic.twitter.com/jtlMUBjj7u

— Mediapart (@mediapart) 3 Février 2016

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La désolation dans un Rimal en ruines, dans le nord de Gaza

No Comment : les Palestiniens déplacés manquent de tout

L'armée israélienne resserre l'étau sur le sud de Gaza, inquiétudes pour les civils