Paris, Moscou et Washington appelle à la fin des combats dans le Haut-Karabakh

Paris, Moscou et Washington appelle à la fin des combats dans le Haut-Karabakh
Par Euronews avec Reuters
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les combats se poursuivent dans le Haut-Karabakh, entre les troupes arméniennes et les forces azerbaïdjanaises, faisant au moins treize morts ce

PUBLICITÉ

Les combats se poursuivent dans le Haut-Karabakh, entre les troupes arméniennes et les forces azerbaïdjanaises, faisant au moins treize morts ce lundi. Ils sont cependant moins intenses que pendant le week-end.

Mouvements de tanks, artillerie lourde : les combats de ces derniers jours sont les plus violents depuis la signature du cessez-le-feu en 1994.

Dans ce conflit dont les sources remontent à plusieurs siècles, la Turquie appuie l’Azerbaïdjan, et la Russie soutient l’Arménie.

“Nous sommes très inquiets et sommes d’accord avec le message envoyé par le président russe évoquant la nécessité de reprendre le cessez-le-feu, aussi vite que possible”, a déclaré Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères.

Le Haut-Karabakh est un territoire séparatiste enclavé en Azerbaïdjan. Depuis la fuite des Azéris pendant la guerre entre 1991 et 1994, le territoire est quasiment exclusivement peuplé d’Arméniens.

La communauté internationale – Paris, Moscou et Washington en tête – a appelé les belligérants au calme. Le Haut-Karabakh est un territoire stratégique pour le transport des hydrocarbures.

Si les escarmouches sont fréquentes, on assiste à une nette escalade depuis le mois de décembre.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

10 faits essentiels pour comprendre le conflit du Haut-Karabagh

Présidentielle en Azerbaïdjan : aucun opposant pour faire face à Ilham Aliyev

Une mission de l'ONU au Haut-Karabakh, pour la première fois en 30 ans