EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

François Hollande offre son soutien au Liban

François Hollande offre son soutien au Liban
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

François Hollande est en visite au Liban, première étape d'une tournée de quatre jours au Moyen-Orient qui le conduira ensuite en Egypte puis en Jordanie.

PUBLICITÉ

François Hollande est en visite au Liban, première étape d’une tournée de quatre jours au Moyen-Orient qui le conduira ensuite en Egypte puis en Jordanie.

Le président français arrive dans un pays en proie à une crise institutionnelle, incapable d‘élire un Président depuis près de deux ans. C’est d’ailleurs le vice-président du Conseil des ministres et ministre de la Défense, Samir Mokbel, qui l’a accueilli à l’aéroport de Beyrouth.

Le président fhollande</a> a été accueilli par Samir Mokbel, vice-président du conseil des ministres libanais <a href="https://t.co/p57QhiYdv7">pic.twitter.com/p57QhiYdv7</a></p>&mdash; Élysée (Elysee) 16 avril 2016

François Hollande a promis ce samedi que Paris apporterait “une aide immédiate pour renforcer les capacités militaires du Liban”. Il a également annoncé une aide de 100 millions d’euros sur trois ans pour aider le Liban à faire face à la crise des réfugiés. Le pays accueille actuellement plus d’un million de Syriens.

François Hollande doit se rendre dans un camp de réfugiés, où il rencontrera des familles syriennes qui espèrent obtenir l’asile en France.

Arrivée au Grand Sérail, le président fhollande</a> est accueilli par Tammam Salam, président du Conseil des ministres <a href="https://t.co/0OLoDY7OqF">pic.twitter.com/0OLoDY7OqF</a></p>&mdash; Élysée (Elysee) 16 avril 2016

Avec AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Hollande rencontre des réfugiés syriens au Liban

E. Macron : la montée de l'extrême droite est un "mauvais vent" qui souffle sur l'Europe

Macron qualifie la montée de l'extrême droite de "vent mauvais" pour l'Europe