This content is not available in your region

Le bras de fer se durcit au Venezuela

Access to the comments Discussion
Par Cyril Fourneris
euronews_icons_loading
Le bras de fer se durcit au Venezuela

Journée de manifestations à haut risque ce mercredi au Venezuela, alors qu’hier l’opposition, majoritaire au parlement a rejeté l‘état d’exception déclaré par le président Nicolas Maduro. Ce dernier étend depuis lundi les pouvoirs de l’exécutif en matière de sécurité et distribution de biens.

En pleine crise économique, le bras de fer entre chavistes et anti-chavistes se durcit. L’opposition réclame un référendum sur le départ du successeur d’Hugo Chavez.

Le leader de l’opposition Henrique Capriles appelle à la désobéissance en galvanisant les futurs manifestants : “C’est un décret inconstitutionnel et Maduro n’est pas au dessus de la constitution. Aucun ministre n’est au dessus de la constitution. Ce décret pourrait être utilisé pour faire n’importe quoi. Si Maduro veut l’appliquer, alors qu’il prépare les chars de guerre” a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

Nicolas Maduro, qui évoque une menace extérieure, multiplie les déclarations autoritaires. “L’Assemblée Nationale a perdu sa validité politique. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’elle ne disparaisse, c’est ce que je crois” a-t-il par exemple dit à la télévision.

Dans la rue de la capitale Caracas on témoigne de longues files d’attente pour chercher du riz. L’armée et à la police sont chargés de la distribution des aliments et des produits de première nécessité.