PUBLICITÉ

Venezuela: le CNE valide la première étape vers un référendum anti-Maduro

Venezuela: le CNE valide la première étape vers un référendum anti-Maduro
Tous droits réservés 
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les opposants au président vénézuélien Nicolas Maduro ont annoncé la nouvelle ce mardi soir au terme d’une manifestation entachée de…

PUBLICITÉ

Les opposants au président vénézuélien Nicolas Maduro ont annoncé la nouvelle ce mardi soir au terme d’une manifestation entachée de violences.

Les signatures réunies pour la tenue d’un référendum contre le président ont enfin été validées par le Conseil National Electoral (CNE). 1,3 millions de signatures ont été confirmées, largement plus que le minimum requis par la constitution pour déclencher la procédure (200.000).

“Révocatorio” scandaient les anti-Maduro, du nom du référendum révocatoire d’initiative populaire prévu par la constitution. Un millier d’entre eux défilaient en direction du CNE, à Caracas, quand ils ont été bloqués par des cordons de police. “J’ai signé, et je suis ici pour faire valoir mes droits. La police ne nous laisse pas passer. Nous mourrons de faim” se lamente une manifestante.

Le cortège a tenté de bloquer une autoroute, avant d‘être dispersé par les grenades lacrymogènes de la Police Nationale Bolivarienne. Des manifestants ont répliqué par des jets de pierres.

Prochaine étape pour l’opposition de centre droit (MUD) d’Henrique Capriles: réunir quatre millions de signatures en trois jours, pour que puisse se tenir un référendum sur le départ de l’héritier d’Hugo Chavez.

Atentos todos por favor a las informaciones que estaremos dando en las próximas horas! #RevocatorioEsSolución

— Henrique Capriles R. (@hcapriles) 7 juin 2016

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'opposition vénézuélienne espère un référendum en 2016

Venezuela : reprise du contrôle d'une prison sous la coupe d'un gang

Nouvelle-Calédonie : les habitants craignent des pénuries