Brexit/David Cameron : "le Britannique n'est pas un lâche"

Brexit/David Cameron : "le Britannique n'est pas un lâche"
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

J-4 pour le référendum pour ou contre le Brexit. Les partisans du maintien dans l'UE semblent profiter de "l'effet Cox", cette députée travailliste pro-européenne tuée la semaine dernière.

PUBLICITÉ

A quatre jour d’un référendum britannique historique pour ou contre la sortie de l’Union européenne, les deux camps sont repartis en campagne.
Dimanche à la BBC David Cameron a enfoncé le clou en invoquant Winston Churchill.

Britain isn't a quitter. Tonight on #bbcqt I set out the positive case for Britain remaining and leading in the EU:https://t.co/6dEtZ4jH9B

— David Cameron (@David_Cameron) 19 juin 2016

“Le Britanniques n’est pas un lâche”, il va continuer à se battre s’il décide de rester dans l’UE, a déclaré le Premier ministre.

Le camp pro-Brexit semble avoir pâti du meurtre de Jo Cox cette députée travailliste pro-européenne.
Les derniers sondages redonnent désormais une légère avance aux partisans du maintien dans l’UE.

Dimanche l’offensive pro-UE s’est aussi jouée dans la presse.

Sunday Times is for Leave on its editorial page: pic.twitter.com/9NmngIUm9k

— Faisal Islam (@faisalislam) 18 juin 2016

“Si on quitte l’UE il n’y aura pas de retour possible”, a encore averti David Cameron dans le Sunday Times.

Un ministre de Cameron, partisan du Brexit, a de son côté démenti dans le Sunday Telegraph le risque de récession brandi par les partisans du maintien dans l’UE.

Alors que la distribution de tracts se poursuit à Londres, à Paris, Berlin et Rome, des centaines de pro-européens ont participé à une “chaîne du baiser”.

A Paris, dimanche, des baisers contre la haine https://t.co/50avbCLrjGpic.twitter.com/XP0fnfI5wt

— Ouest-France (@OuestFrance) 18 juin 2016

Une manifestation symbolique visant à “montrer l’amour ente la Grande-Bretagne et l’Europe”.

Avec Agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le Brexit, et après ?

Irlande du Nord : après deux ans de tumultes, le parlement va reprendre du service

Irlande du Nord : vers une levée du blocage des institutions